Nous possédons tous une horloge biologique interne qui permet à l’organisme de s’adapter aux changements quotidiens. Mais lorsque le rythme est perturbé, c’est notre santé qui est chamboulée. Profitons de la rentrée pour nous recaler.

La chronobiologie aide à retrouver un bon rythme 123RF©
La chronobiologie aide à retrouver un bon rythme. ©123RF

Réglé comme une horloge

Chaque organe et presque toutes cellule de notre corps possèdent leurs cycles propres réglés sur un rythme circadien d’environ 24 heures. Le chef d’orchestre qui dirige cette horloge interne se situe au cœur du cerveau dans l’hypothalamus. Ainsi, la température corporelle, le sommeil nocturne, la pression artérielle, la fréquence cardiaque, les comportements alimentaires, la régulation de l’humeur, les fonctions cognitives, la mémoire ou la sécrétion d’hormones fonctionnent grâce à cette horloge interne.

Cette synchronisation du tout est réalisée notamment grâce à la lumière. C’est donc l’exposition à la lumière pendant la journée et à l’obscurité la nuit qui permettent de réguler l’horloge biologique.

Quand l’horloge se dérègle

Mais il arrive qu’un grain de sable (des horaires décalés comme le travail de nuit, des repas pris à n’importe quelle heure, un sommeil perturbé…) vienne gripper cette belle mécanique. Et entraîner de nombreux troubles comme la survenue d’un diabète de type 2, une obésité, des maladies cardiovasculaires, une dépression, des troubles immunologiques voire des cancers.

Rester en harmonie avec notre tic-tac interne

L’objectif est donc de respecter le plus possible ce rythme circadien afin de préserver notre santé et notre bien-être. Les conseils :

  • veiller à son sommeil : se coucher et se lever à heure régulière ;
  • éteindre les écrans au moins une heure avant le coucher ;
  • avoir une alimentation équilibrée ;
  • faire de l’exercice physique plutôt le matin après le petit-déjeuner ;
  • et s’exposer à la lumière du soleil la journée.

D’une manière générale, s’astreindre à des horaires réguliers, tant pour le sommeil que pour les repas et pour les diverses activités de la journée, est primordial pour continuer à bien synchroniser son horloge interne. Une fois ces bases posées, il est également essentiel de bien se connaître pour apprendre à respecter nos rythmes naturels : suis-je plutôt du matin ou du soir ? Ai-je repéré mes coups de barre récurrents (fin de matinée ou d’après-midi) ? Quels sont mes facteurs de stress ? Avec ces données personnelles, on peut mieux choisir le moment le plus adéquat pour se coucher ou pour faire nos activités (professionnelles, familiales, sportives, culturelles…).