Irm : 30 jours d'attente pour une urgence oncologique

L’étude de  Cemka-­Eval évalue chaque   année, depuis   12  ans  maintenant, les   délais  d’attente  pour  obtenir  un  examen IRM  en  France  pour  un  patient  relevant  d’une  situation  d’urgence  oncologique.  Elle   annonce   cette   année, un   délai   d’attente   moyen   de   30,3   jours.

Certes, le  résultat 2015  est  moins  sombre  que  celui  de  l’an  passé  qui  signait  la  pire  année depuis  11  ans  avec  37,7  jours  d’attente. Toutefois, cet  indicateur d’égalité   d’accès   aux   soins,   reste   à   un   niveau   élevé:   10   jours  au-delà   des   objectifs   du   Plan   Cancer   2014-­‐2019   (20   jours   maximum)   et  le   double   des  objectifs,   plus   ambitieux sur   ce   point,   du   Plan   Cancer   précédent   2003-­‐2007,   qui  visaitun  délai   de   15   jours   maximum. Sans   compter   des   pointes   à   plus   de   55   jours   dans   certaines  régions.

Malgré  77  nouvelles  installations et  un  taux  d’équipement national par  million  d’habitants  passé   de   10,7   à   11,9 avec   761   appareils   installés   au   total, la   moitié  des   Français   vit dans  des   régions   où   il   faut   attendre   plus   de   25   jours   pour   obtenir   un   rendez-­vous.  Une  seule  région,  l’Ile  de  France,  voit  ses  délais  baisser  au  dessous  de  20  jours.  Et  les  délais  se  sont  fortement  dégradés  en  Poitou-­Charentes  passant  de  28,6  jours  en  2013  à  38,9  jours  en  2015  ou  encore  en  Bretagne  flambant en  deux  ans  de  24,2  à  57,1  jours. L’Alsace  elle  aussi  explose  ses  délais,  avec  plus  de  61 jours  d’attente en  moyenne.

Même si  des  progrès  notables  ont  été  accomplis  dans  certaines  régions, les  inégalités  se maintiennent,  voire  se  creusent  face  au  dynamisme  de  certaines  régions  qui,  pour  5  d’entre  elles   concentrent   à   elles   seules   la   moitié   des   installations   réalisées   en   2014   (Basse  Normandie,   Nord   Pas-­de-­‐Calais,   PACA,   Midi-­Pyrénées,   Ile   de   France). A   l’inverse dans   la  même  période  4  régions  n’ont  fait  aucun  effort  d’équipement  (Auvergne,  Centre,  Franche-­‐Comté  et  Languedoc  Roussillon),  sans  compter  les  Pays  de  Loire  où  le  taux  d’équipement  reste  le  plus  faible  de  France  (8,1  IRM/million  d’habitants)  avec  un  délai  d’attente  de  55,8  jours. On  reste  très  éloigné  de  la  volonté  affichée par les Pouvoirs publics de  lutte  contre  les  inégalités  territoriales.