Qu’on se le dise une bonne fois pour toutes : les femmes aussi peuvent faire des infarctus du myocarde ! Et elles en meurent plus souvent que les hommes. En effet, l’idée que c’est une maladie masculine est encore tellement répandue chez les médecins qu’elles sont moins bien prises en charge.

C’est ce que montre une étude réalisée par des chercheurs de Montréal publiée dans le Journal de l’Association Médicale canadienne. Ils ont interrogé 1 123 patients de 18 à 55 ans atteints du syndrome coronarien aigu, hospitalisés dans 24 établissements canadiens, un hôpital américain et un suisse.

Résultat : les médecins font moins rapidement des électrocardiogrammes et des défibrillations aux femmes qu’aux hommes. Une différence qui s’explique, selon les auteurs de l’étude, par le fait que les femmes viennent plus souvent aux urgences pour des douleurs thoraciques liées un état d’anxiété et d’angoisse, ce qui incite les soignants à écarter l’origine cardiaque du problème dans un premier temps.

En France, le nombre d’infarctus du myocarde a été multiplié par quatre en quinze ans chez les femmes de moins de 50 ans et par deux chez les moins de 60 ans. Mais comme au Canada, elles ne sont pas bien prises en charge. Plusieurs spécialistes ont tiré la sonnette d’alarme.