Savez-vous démêler le vrai du faux ? On l’a toujours entendu : mange des épinards, tu seras fort comme popeye, ne te baigne pas pendant la digestion, c’est dangereux… alors, vrai ou faux ?  

Les œufs font grimper le cholestérol

Faux Les personnes qui ont un taux de cholestérol trop élevé pensent qu’elles ne doivent pas consommer d’œufs plus de deux ou trois fois par semaine, ou même qu’il faut les bannir de leur alimentation. La mauvaise réputation de cet aliment vient du fait que l’œuf est naturellement riche en cholestérol. Or, il faut savoir que le cholestérol que nous avons dans le sang est pour une grande partie produit par notre organisme, et la quantité de celui qui provient de l’alimentation n’a que peu d’influence. Inutile donc de se priver, d’autant que l’œuf est riche en vitamines (A, B, D, E et K) et en protéines et pauvre en graisses saturées.

Lire dans la pénombre abîme les yeux

Faux « Allume la lumière pour lire, tu vas te faire mal aux yeux » est une phrase souvent entendue mais pas forcément vraie. Certes, dans la pénombre, les pupilles s’élargissent, il devient alors plus difficile de faire la mise au point et l’œil fatigue plus pour lire. Mais sans toutefois s’abîmer à long terme. En revanche, il semblerait que la lumière vive altère la vue. Ainsi, les personnes exposées au soleil estival sans protection auraient plus de risques de souffrir d’une dégénérescence maculaire liée à l’âge (Dmla), une maladie dégénérative de la rétine, mais aussi de la cataracte, due à l’opacification du cristallin.

Les épinards sont riches en fer

Faux Les épinards n’en contiennent pas plus que d’autres légumes. En réalité, ce sont plutôt le boudin noir, les abats, le foie de veau, les coquillages ou encore les légumes secs qui apportent le plus de cet oligoélément à l’organisme. Il faut savoir que notre corps ne produit pas de fer. C’est donc dans l’alimentation qu’il trouve les quantités nécessaires à son fonctionnement. Le fer, absorbé par l’intestin, entre en effet dans la composition de l’hémoglobine des globules rouges, lesquels transportent l’oxygène des poumons vers les cellules. Lorsque les besoins journaliers ne sont régulièrement pas satisfaits, on risque de souffrir d’anémie, à l’origine d’une grande fatigue.

Une pomme par jour éloigne le médecin

Vrai Les anti-oxydants contenus dans la pomme, en particulier dans la peau (les préférer bio, ou bien les laver), auraient une action bénéfique en prévenant l’hypertension artérielle et en évitant la formation de caillots dans les vaisseaux et les artères, à l’origine d’infarctus et d’accidents vasculaires cérébraux. La pomme est également très riche en fibres, notamment en pectine. Les fibres aident l’organisme à abaisser le taux de cholestérol et à contrôler le taux de sucre dans le sang. Une récente étude a montré que les femmes qui avaient mangé une pomme par jour pendant un an ont vu baisser leur taux de mauvais cholestérol (Ldl) de 23 % en moyenne, et augmenter de 4 % celui de bon cholestérol (Hdl). Elles ont également perdu 1,5 kg en moyenne.

Le cola calme la diarrhée

Faux La diarrhée fait perdre beaucoup d’eau et de sels minéraux. Cette déshydratation peut être dangereuse dans les premières années de vie. Or, selon l’Organisation mondiale de la santé, « les boissons trop sucrées sont inappropriées à la réhydratation d’un enfant diarrhéique. Leur teneur en sodium est trop faible pour assurer la compensation des pertes ». Les médecins recommandent aujourd’hui, en cas de diarrhée, de donner régulièrement et à volonté des solutés de réhydratation orale disponibles en pharmacie et remboursés par la Sécurité sociale. Gardez-en toujours une boîte dans la pharmacie familiale.

Qui dort dîne

Faux S’il est vrai que l’on oublie sa faim en dormant, une nuit de sommeil ne remplace pas un repas. Cette expression viendrait du fait que, autrefois, dans les auberges, celui qui y dormait devait aussi y dîner. Aucun rapport avec une quelconque valeur nutritive du sommeil ! Le corps consommant de l’énergie pendant le sommeil pour maintenir les fonctions vitales et l’activité cérébrale, il faut dîner, même légèrement, en évitant alcool et excitants.

Se baigner après manger est dangereux

Faux Attendre au moins deux heures après un repas avant de se baigner est censé prévenir le risque d’hydrocution, une syncope provoquée par la forte différence de température entre le corps et l’eau. Le refroidissement soudain de la peau entraîne des modifications réflexes de la respiration, du calibre des vaisseaux sanguins, du débit cardiaque et de la pression artérielle, avec pour conséquences un accident cardiaque pouvant entraîner la mort. Ce phénomène n’a aucun rapport avec la digestion. Au pire celle-ci augmente d’un degré la température du corps, mais cela ne suffit pas à provoquer un accident. On prévient le risque d’hydrocution en entrant doucement dans l’eau et en se mouillant d’abord la nuque et le ventre.

L’ail est bon pour le cœur

Vrai L’ail est vraiment un aliment précieux qu’il serait dommage de renoncer à consommer sous prétexte qu’il donne mauvaise haleine. Car il est doté de propriétés intéressantes : il fait baisser la tension artérielle en agissant sur la dilatation des vaisseaux, il fluidifie le sang et diminue donc les risques de formation de caillots, et il fait baisser les taux de triglycérides et de cholestérol. Il pourrait aussi jouer un rôle préventif dans la survenue de cancers des voies digestives, comme celui de l’estomac. Toutefois, pour profiter de ses bienfaits, il faut en consommer régulièrement et plutôt cru.

Bronzer doucement protège du soleil

Faux La peau est fragile. Il faut donc la protéger des rayons du soleil en toutes circonstances, et ce d’autant plus si l’on a la peau claire et les cheveux roux ou blonds. Appliquer de la crème solaire sur les parties du corps non couvertes par les vêtements reste encore l’un des meilleurs moyens de ne pas prendre de coups de soleil. Le produit solaire doit être actif à la fois contre les Uvb et les Uva et avoir un indice de protection élevé (30 à 50). Toutefois, la crème solaire ne filtre pas la totalité des UV. Utiliser ces produits ne dispense donc pas de ne s’exposer que modérément au soleil, en évitant les heures où les rayons ultraviolets sont les plus intenses, soit entre 12 heures et 16 heures en été.

Le barbecue est cancérigène

Vrai Le risque cancérigène des aliments cuits au barbecue tient à la formation de benzopyrène, un hydrocarbure que l’on retrouve aussi dans les gaz d’échappement et la fumée de cigarette. Lors de la cuisson, la graisse tombe sur les braises et brûle, les fumées toxiques se fixent alors sur la viande et forment un dépôt noir. Afin d’éviter la formation de benzopyrène, l’Agence nationale de sécurité des aliments recommande de ne pas dépasser une température de cuisson de l’ordre de 220 °C : il convient donc de placer la grille à au moins 10 centimètres du foyer. Les aliments doivent être cuits à la chaleur des braises et non au contact des flammes. On peut aussi opter pour un barbecue à gaz ou vertical. Pour éviter la chute de graisses dans les flammes, il est conseillé de recouvrir le foyer d’un léger tapis de cendre, ou de retirer le gras apparent des viandes. Pensez aussi à bien nettoyer la grille entre chaque utilisation pour ne pas co
ntaminer les aliments d’un futur barbecue.

Les antibiotiques fatiguent

Faux La fatigue ressentie au cours d’une maladie infectieuse ne provient pas du traitement pris pour la combattre mais de l’infection elle-même, car le corps dépense beaucoup d’énergie pour se défendre. Les antibiotiques sont alors de précieux alliés pour éliminer les bactéries responsables de la maladie. Au pire, ils peuvent provoquer des désordres intestinaux, des mycoses ou encore des allergies. La durée de prescription doit être respectée, même si l’on se sent mieux après quelques jours de traitement, au risque de favoriser l’apparition de germes résistants, qui rendront une récidive plus difficile à traiter.