L’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (Ofdt) a publié les « chiffres clés » pour l’année 2014. Les usages réguliers de tabac (32 %), d’alcool (12 %) et de cannabis (9 %) poursuivent leur augmentation chez les jeunes de 17 ans.

Le cannabis est en hausse en France depuis 2010, la méthamphétamine explose dans le monde, d’après l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (Ofdt) qui a publié les « chiffres clés » pour l’année 2014.

Les usages réguliers de tabac (32 %), d’alcool (12 %) et de cannabis (9 %) poursuivent leur augmentation chez les jeunes de 17 ans. En 2014, 48 % des jeunes de 17 ans ont déjà expérimenté le cannabis, 3,2 % ont déjà goûté à la cocaïne, 89 % ont essayé le tabac et 68 % ont déjà fumé du tabac. L’Office compte au moins 38 000 personnes prises en charge en raison de leur consommation de cannabis dans les structures spécialisées en addictologie.

Après avoir connu une hausse entre 2000 et 2008, l’expérimentation de cocaïne parmi les jeunes de 17 ans semble se stabiliser, le niveau atteignant 3,2 % en 2014. Elle concerne désormais autant les garçons que les filles.

5,6 % des adultes ont expérimenté la cocaïne.

En 2014, 4,3 % des 18-64 ans ont expérimenté la Mdma/ecstasy et la consommation dans l’année concerne 0,9 % d’entre eux. Une nette augmentation puisque en 2010, ils étaient 0,3% à déclarer cet usage, nous reneigne le rapport de l’Ofdt. L’expérimentation de Mdma/ecstasy à 17 ans se révèle nettement à la hausse, passant de 1,9 % en 2011 à 3,8 % en 2014, et concerne 4,2 % des garçons et 3,5 % des filles.

L’Ofdt fait aussi un point sur la consommation de cigarette électronique. En 2014, un Français sur quatre 18-75 ans, a déjà essayé la cigarette électronique, et 3 % sont des vapoteurs quotidiens (4 % parmi les hommes et 3 % parmi les femmes). À 17 ans, plus de un adolescent sur deux (53 %) a déjà expérimenté la cigarette électronique : 56 % des garçons et 50 % des filles sont concernés. Parmi les jeunes de 17 ans, 2 % sont des usagers quotidiens.

Des produits de synthèse en augmentation partout dans le monde

L’Office des nations unies contre la drogue et le crime (Onucd) a aussi émis les données sur la consommation mondiale de drogue. 246 millions de personnes ont consommé des drogues interdites en 2013, soit 5 % de la population mondiale âgée de 15 à 64 ans, et 27 millions présentaient un usage problématique.

Certaines pratiques ont décliné, comme la prise d’opiacés (32,4 millions de consommateurs). Cette baisse est compensée par la forte augmentation de la production et de la consommation de drogues de synthèse comme la méthenphétamine dont les saisies annuelles ont doublé depuis 2009 pour atteindre 144 tonnes en 2012 et 2013.

L’Onucd note aussi une augmentation du nombre de produits de synthèse sur le marché : 541 nouvelles substances psychoactives ont été identifiées en 2014, un chiffre en hausse de 20 % depuis 2013.