Navigation article

harcèlement sexuel
Travail

Harcèlement sexuel au travail : une femme sur cinq concernée

Les résultats d’une enquête de l’Ifop pour le compte du Défenseur des droits, Dominique Baudis, font froid dans le dos. Une femme active sur cinq dit avoir été victime de harcèlement sexuel dans sa carrière, en particulier  les jeunes célibataires, dans une situation précaire et qui travaillent dans une univers masculin. Selon les femmes interrogées, le harcèlement sexuel commence dès les blagues potaches, sympathiques lorsqu'elles restent exceptionnelles mais lourdes quand elles deviennent répétitives. Elles sont 57% à déclarer en être victime de manière fréquente sur leur lieu de travail. Mais il y a bien plus grave.
16% déclarent avoir déjà été victime de chantage sexuel pour une embauche ou une promotion et 14% à avoir déjà reçu des messages à caractère sexuel ou pornographique.

Paroles, gestes et même images pornos

Une Française sur dix déclare même travailler dans un lieu où des images pornographiques sont affichées.
Le harcèlement n’est plus majoritairement pratiqué par les supérieurs hiérarchiques. Dans quatre cas sur dix, ce sont des collègues du même niveau qui sont à l’origine des dérives, une augmentation de 19% depuis la dernière étude de 1993. Le harcèlement intervient généralement dans des structures petites (moins de vingt salariés).  Les cadres et les professions libérales sont également particulièrement concernées.

Face à de tels agissements, deux tiers des femmes disent n’avoir pu compter que sur elles-mêmes pour s’en sortir. Enfin, 40% des victimes déclarent aussi avoir subi des conséquences négatives suite à leur harcèlement. Un tiers d’entre elles ont vu leur santé se dégrader, 28% ont subi un blocage dans leur carrière et 15% un non-renouvellement de leur contrat.

Vos réactions

Dans la même rubrique

Environnement
Audition-vision

Trop de bruit au travail

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction