Étudiants : trouver un logement au meilleur prix

Par choix ou par obligation, la poursuite d’études supérieures est souvent l’occasion de quitter le nid familial. Commence alors la lourde épreuve de trouver un logement correspondant à ses finances.

Les résidences universitaires offrent évidemment une indépendance au meilleur prix (à peine plus de 200euros par mois, en moyenne). En théorie accessibles à tous, les places sont attribuées en priorité aux étudiants boursiers et éloignés de leur domicile familial. La demande se fait par le biais du dossier social étudiant (Dse) [voir page suivante].
Ceux qui en ont les moyens pourront se tourner vers les résidences universitaires privées, les maisons d’étudiants (souvent réservées aux filles), ou tout simplement vers le parc locatif privé, seul ou en colocation (voir encadré). L’expérience du travail au pair (vivre dans une famille en s’occupant des enfants) ou du logement intergénérationnel (être hébergé chez une personne âgée en échange de quelques services ménagers) est plus contraignante, mais peut être très enrichissante. Enfin, notons que les étudiants en apprentissage, en stage ou qui travaillent peuvent accéder aux foyers pour jeunes travailleurs.

Des aides pour le loyer
La Caisse d’allocations familiales peut prendre en charge une partie du loyer d’un étudiant grâce à l’aide personnalisée au logement (Apl), si le logement est conventionné, ou à l’allocation de logement social (Als). Ces allocations sont calculées en fonction des ressources, de la composition et de la situation professionnelle des membres du foyer du demandeur, et de la situation géographique du logement.
Pour y avoir droit, le logement ne doit pas appartenir à un ascendant ou à un descendant du locataire ou de son conjoint. Enfin, l’étudiant qui bénéficie d’une aide au logement ne peut plus être fiscalement considéré comme enfant à charge par ses parents.

La garantie Loca-pass
Les organismes d’Action logement peuvent faire profiter aux étudiants salariés ou boursiers :
d’une avance de 500euros au maximum pour couvrir le dépôt de garantie;
d’une garantie pour le bailleur d’assurer le paiement du loyer et des charges dus en cas de défaillance du locataire (jusqu’à neuf mois de loyers et charges, dans la limite de 2000 euros par mois, déduction faite des aides au logement).
Toute somme avancée doit être remboursée dans les trois ans, sans intérêts.

 

5 conseils pour une colocation réussie

– Choisissez bien vos colocataires (analysez vos styles de vie, vos affinités et votre besoin d’intimité, en gardant à l’esprit qu’un très bon ami n’est pas forcément un très bon colocataire).
– Signez un bail par colocataire.
– Refusez de signer une clause de solidarité qui vous obligerait à payer la part de loyer d’un colocataire défaillant.
– Rédigez un règlement intérieur pour bien définir les règles de vie commune (partage des tâches, des pièces et des équipements communs).
– Mentionnez bien tous les colocataires dans le contrat d’assurance habitation.