Sécurité sociale, retraite, allocations familiales, assurance-maladie… En matière de protection sociale, les Français sont bien ignorants. C’est en partant de ce constat que l’Ecole nationale supérieure de Sécurité sociale (EN3S) a décidé de proposer sur son site internet un quizz en ligne grand public dont les questions changent tous les mois.

On y trouve aussi bien des questions pratiques :  « Quel est le véritable taux, sur une fiche de paye, du 1 % logement ? » (réponse 0,45 %… car le taux, qui était bien de 1 % à l’origine, n’a cessé de baisser) que des questions historiques. Par exemple, qui est l’inventeur de la Sécurité sociale ? Lord Beveridge, Franklin Roosevelt ? Eh bien non : c’est Simon Bolivar (1783-1830), général et homme d’Etat sud-américain, qui aurait pour la première fois employé l’expression de «sécurité sociale» en énonçant que : «le système de gouvernement le plus parfait est celui qui engendre la plus grande somme de bien-être, la plus grande somme de sécurité sociale et la plus grande somme de sécurité politique».

On retrouve cette expression dans la proclamation du premier Congrès national du parti des travailleurs italiens (Genève, 1894), ainsi que dans un décret du conseil des commissaires du peuple de la République socialiste soviétique de Russie en date du 31 octobre 1918. Elu Président des Etats-Unis en 1932, Franklin Roosevelt (1882-1945) mit en place une sécurité sociale (Social Security Act de 1934) dans le cadre de la politique du « New Deal ». Et, en 1942, Lord Beveridge, alors député britannique, publia un premier rapport sur l’organisation d’un système de sécurité sociale en Grande-Bretagne sous le titre Social insurance and allied services.

On y démonte aussi bien des idées reçues : «Quelle part représente le montant des fraudes détectées par les caisses d’allocations familiales (Caf) par rapport au volume de prestations versées ? » Eh bien seulement 0,2 %. Sur 64,4 milliards d’euros de prestations légales directes versées aux allocataires en 2012, le montant des fraudes recensées s’élève à 119,1 millions d’euros (contre 101,5 millions d’euros en 2011), soit pratiquement 0,2 %.  Les allocataires déclarent dans la très grande majorité des cas correctement leurs ressources, ainsi que leurs situations familiale et professionnelle.