L’engagement mutualiste

Le mouvement mutualiste, ce sont d’abord des hommes et des femmes engagés, à l’image de Jacques Villegas, fervent défenseur d’une protection sociale de qualité et viscéralement attaché à l’hôpital public.

« Ma femme dit qu’elle me voyait davantage quand je travaillais ! » s’amuse Jacques Villegas. Car s’il est à la retraite depuis deux ans, il n’est pas inactif pour autant. Entre son arrivée à la Mutuelle de Tarbes, en 1970, comme comptable, son accession au poste de directeur de la Mgts (Mutuelle générale des travailleurs salariés, aujourd’hui Mutami), en 1998, et sa retraite, en 2011, ce sont plus de quarante ans qu’il a consacrés à promouvoir les idées mutualistes.

Pendant toutes ces années, son objectif sera de défendre la mutualité et le système de protection sociale. « J’ai été de toutes les batailles pour défendre la solidarité et un accès aux soins de qualité », affirme-t-il.

A la défense de l’hôpital public

Très actif, « un peu trop même », Jacques Villegas multiplie les casquettes, même à la retraite. Il est syndicaliste Cgt depuis 1970 (« comme mes oncles »), délégué de la Macif depuis vingt-cinq ans et il administre une association de prévention santé, Doc 65.

Président depuis 1986 du comité de défense de l’hôpital de Tarbes, il a combattu un projet d’hôpital unique en 2009, puis celui d’un partenariat public-privé, en 2012, prévoyant la création d’un nouvel hôpital à Tarbes. Ce dernier projet, abandonné, « aurait supprimé l’hôpital de Lourdes et mis en danger ses usagers, dont beaucoup vivent dans des zones rurales et montagneuses, bien loin de Tarbes… En plus, il faisait la part belle au privé, au détriment du public », explique Jacques Villegas, pour qui « la bataille pour un hôpital public de qualité continue».

« Comme je ne fais pas assez de choses », plaisante-t-il, il mène aussi une carrière sportive. Passionné de rugby, un sport où il retrouve « les valeurs de solidarité et de partage du monde mutualiste », il a été joueur au club de Tarbes, puis arbitre international pendant quinze ans. Désormais, il est « superviseur de match » dans le comité de rugby Armagnac-Bigorre et il s’occupe d’un club de la banlieue de Tarbes, l’UA Laloubère.

Jacques Villegas est « lié à vie » à la mutualité : il reste vice-président de la Mutualité française des Hautes Pyrénées et administrateur des Mutuelles de France du Sud-Ouest (Mfso). « Tant que ma santé le permettra, je continuerai ma mission de défenseur des autres », lance-t-il en riant, avec son bel accent du Sud-Ouest.