En ordre de bataille pour garder une protection sociale solidaire

Le 8 juillet, à l’occasion du conseil municipal, une délégation de la Fraternelle des territoriaux conduite par son président, Michel Vanotti, remettait une pétition à la mairie de Grenoble afin de dénoncer le revirement de position de la municipalité, qui, après avoir prôné la labellisation, pourrait opter pour le conventionnement.

Depuis soixante-dix-sept ans, les agents territoriaux de la Fraternelle ont construit leur mutuelle pour faire face aux aléas de la vie liés à la santé et à l’arrêt de travail, ils n’ont pas attendu les employeurs pour le faire ! Ils l’ont fait comme des bénévoles soucieux de la solidarité et du service public », martèle Michel Vanotti, président de la Fraternelle.
Il faut savoir que la labellisation, parce qu’elle est nationale, permet de préserver l’unité de la protection sociale complémentaire des collectivités territoriales ainsi que la liberté de choix de l’opérateur. C’est la raison pour laquelle 85 % des collectivités ont opté pour la labellisation et non pas pour une convention de participation, qui met en concurrence les mutuelles, les compagnies d’assurances et les instituts de prévoyance, « marchandise » à outrance la santé et, de fait, participe à la casse du système de protection sociale solidaire français.

« Nous continuerons à nous battre pour la labellisation, pour la participation obligatoire aux contrats labellisés, en faveur de la création d’une caisse de compensation pour les retraités, mais aussi pour le retrait de la Tsca [taxe spéciale sur les conventions d’assurance], la refonte de l’assiette des cotisations basée sur l’ensemble des richesses, et, plus largement, pour une Sécurité sociale universelle où l’on cotise selon ses revenus et où l’on se soigne selon ses besoins ! » a déclaré Michel Vanotti. La Fraternelle est donc passée à l’action en mobilisant très largement au moyen d’un courrier assorti d’une pétition, destiné à Michel Destot, maire de Grenoble et président de l’Association des maires des grandes villes de France, afin de l’interpeller sur le « non-respect de ses engagements de fin 2012 et sur le fait que les valeurs mutualistes s’en retrouveraient bafouées ».

A l’ordre du jour du conseil municipal du 8 juillet figurait une délibération concernant l’autorisation de lancement d’un appel d’offres sur la protection sociale dans le cadre d’un conventionnement : c’est le moment que Michel Vanotti a choisi pour remettre officiellement la pétition (qui a recueilli 1 250 signatures) à Jérôme Safar, premier adjoint au maire de Grenoble, en présence d’une délégation représentant la Fraternelle des territoriaux. L’occasion de réaffirmer avec vigueur à M. Safar la position de la mutuelle en faveur de la labellisation. Le président a à nouveau démontré l’intérêt pour les agents de disposer d’un libre choix, en insistant sur le fait qu’il s’agit d’un parti pris destiné à éviter de faire de la santé une marchandise à commercialiser au moins-offrant.
La réponse de la mairie devrait être communiquée dans les prochaines semaines…