L’Institut fédéral pour l’évaluation des risques a confirmé samedi que l’épidémie de diarrhées mortelles en Allemagne était bien due à des graines germées contaminées. La souche bactérienne O104-H4 d’E.coli entérohémorragique (Eceh) a été détectée dans un sachet de graines germées apporté aux autorités allemandes par un père de famille rhénan. Ces graines provenaient d’une ferme biologique de Bienenbüttel, dans le nord de l’Allemagne. Cette dernière a été fermée, mais blanchie : « D’après nos investigations en cours, la ferme n’a commis aucune erreur, a expliqué Gert Hahne, le porte-parole des services de protection des consommateurs de la Basse-Sax. L’hygiène est respectée et toutes les dispositions réglementaires sont observées. »

« Les consommateurs européens et les partenaires commerciaux [de l’UE] peuvent maintenant avoir toute confiance dans la sûreté des légumes de l’Union européenne », a assuré John Dalli, le commissaire européen à la Santé. Il espère ainsi rétablir la confiance des consommateurs dans les concombres, tomates et salades, boudées car un temps présentés comme à l’origine de l’épidémie.

Une question demeure toutefois en suspens : celle du mode de contamination. « On est toujours dans le brouillard. (…) Est-ce que la bactérie a été véhiculée par des hommes ou des bêtes ? », s’est interrogé Johannes Remmel, le ministre de l’Environnement et de la Protection des consommateurs de Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Il a appelé les consommateurs à rapporter aux autorités toutes graines germées suspectes.

Le bilan d’E.coli s’élève aujourd’hui à 35 morts, dont 34 en Allemagne.

A lire aussi :