Deux américains guéris du virus Ebola

Les deux américains infectés par le virus Ebola sont considérés comme guéris après avoir reçu un sérum expérimental, le ZMapp, un traitement encore jamais testé sur l’homme.

Peut-on parler de traitement miracle? Deux américains infectés par le virus Ebola sont considérés comme guéris après avoir reçu un sérum expérimental, le ZMapp jamais utilisé jusqu’ici et autorisé récemment par l’Organisation mondiale de la santé (Oms).

Le médecin et la missionnaire rapatriés aux Etats-Unis en juillet dernier avaient tous les deux contractés le virus au Liberia, alors qu’ils s’occupaient de victimes pour le compte d’une association caritative. Le Liberia est l’un des pays d’Afrique de l’Ouest les plus touchés par l’épidémie, laquelle a causé la mort de 1350 personnes, selon un dernier bilan de l’Oms.

«La sortie de l’hôpital de ces deux patients ne représente aucun danger pour la santé publique», a déclaré le Dr Bruce Ribner, le directeur du service des maladies infectieuses d’Emory, à Atlanta aux Etats-Unis. «Après une série de traitements rigoureux et d’analyses, l’équipe de médecins a estimé que les deux patients avaient guéri d’Ebola et pouvaient retourner dans leur famille sans craindre de transmettre l’infection aux autres».

On ignore encore si ces deux Américains ont été guéris grâce à ce médicament ou grâce à une rémission naturelle. Le virus Ebola a en effet un taux de mortalité oscillant entre 50 et 90 % selon les souches, et une prise en charge rapide permet d’améliorer le pronostic.

Trois médecins africains ont également reçu le ZMapp comme traitement. En quelques jours, leur état de santé s’est amélioré de façon «remarquable», selon le gouvernement du Liberia. Hormis le prêtre espagnol Miguel Pajares. Lui aussi traité avec ce médicament expérimental, il est décédé le 12 août dernier.