Chambéry, 6 novembre. Hasard du calendrier : l’assemblée générale de la Mutuelle familiale des Alpes (Mfa), en Savoie, coïncide avec un jour
de manifestation contre la réforme des retraites.

Un contexte qui donne le ton aux débats : déterminés. « Aucun répit », dira Michel Duret, président de la Mfa. Aucun répit pour les mutuelles, lourdement taxées.

Tout d’abord avec la Tca, nouvelle taxe de 3,5 % sur les contrats responsables. Mais aussi avec la campagne vaccinale de l’an dernier contre une épidémie de grippe (H1N1) qui n’a pas eu lieu, mais pour laquelle
les organismes complémentaires sont mis à contribution : « Une mesure exceptionnelle qui se banalise ? » s’interroge le président de la Mutuelle familiale.

Sans compter la taxe pour financer la couverture maladie universelle (Cmu), qui, avec les désengagements de l’Etat, ne cesse de s’élever. Ces taxes exercent une pression insoutenable sur le budget des mutuelles, dénoncent plusieurs délégués. Car, même modérément répercutées sur les cotisations des adhérents, elles fragilisent les personnes aux plus bas revenus.

Les nouvelles mesures pour « rééquilibrer » les finances de la protection sociale ne vont rien arranger. Il a été en conséquence décidé de rencontrer associations et syndicats pour réfléchir à des actions « pour redynamiser les vocations de la Sécurité sociale ».