Navigation article

Progrès médical

Des cellules souches pour réparer le cœur

C'est une première mondiale, une équipe française a réussi une thérapie cellulaire chez une patiente en insufisance cardiaque grave.

C'est une première mondiale. L'équipe du Pr Philippe Ménasché, cardiologue à l’hôpital européen Georges-Pompidou de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, a réussi pour la première fois une thérapie cellulaire chez une patiente en insuffisance cardiaque grave. Trois mois après l'intervention, tout se passe bien.  Depuis des années, plusieurs équipes tentent, sans réel succès, de réparer le cœur par l’implantation de cellules souches adultes. L’innovation apportée par les équipes françaises  consiste à utiliser des cellules souches embryonnaires. Quatre autres patients souffrant d’insuffisance cardiaque grave bénéficieront de cette thérapie réparatrice innovante.
 
L’insuffisance cardiaque, c'est quoi ?
Il s'agit de l'incapacité du cœur à pomper suffisamment de sang pour répondre aux besoins de l’organisme en oxygène, d'abord en cas d'effort, puis même au repos. C’est un problème de santé grave qui se traduit, entre autres, par un essoufflement et une fatigue disproportionnés par rapport à l’effort produit. 1 million de personnes en France seraient concernées. L'insuffisance cardiaque survient généralement chez des individus dont la santé est fragilisée depuis plusieurs années par des troubles cardiaques ou respiratoires ou par de l’hypertension. Contrairement aux idées reçues, l'insuffisance cardiaque n'est pas une maladie de la personne âgée.  Elle peut aussi être une maladie de l'enfant et de la femme enceinte.
 
L'essoufflement est le premier signe tangible de l'insuffisance cardiaque : d'abord une difficulté à respirer, liée à l'engorgement de sang dans les poumons, ressentie comme un simple inconfort respiratoire, puis un véritable essoufflement à l'effort, qui peut s'aggraver en se manifestant même au repos. Signe d'aggravation majeure, le fait d'être essoufflé quand on est allongé, plus encore que lorsqu'on est assis. Il s'agit là d'un signe nécessitant une consultation d'urgence, voire un appel au 15.
 
La fatigue est le deuxième signe de l'insuffisance cardiaque, ressentie même pour un petit effort et qui est due au déficit d'irrigation sanguine des muscles, qui ne reçoivent pas un apport normal en énergie (sucre et oxygène).
 
Le gonflement de certaines parties du corps (foie, veines du cou, jambes), gorgées d'œdèmes, est le troisième signe alarmant. Enfin, une prise de poids importante et rapide de l'ordre d'un kilo par jour est un signe particulièrement alarmant, qui traduit une poussée d'insuffisance cardiaque.
(Source : Fédération française de cardiologie.)
 
 

Vos réactions

Dans la même rubrique

Santé

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction