Navigation article

Maladies

Dépression : les femmes deux fois plus touchées que les hommes

Le nombre de dépressions a augmenté en France. Les femmes, les étudiants et les chômeurs sont les plus touchés, d'après une étude du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (Beh).

La dépression a progressé en France entre 2010 et 2017, d'après la dernière étude 1 du  Bulletin épidémiologique hebdomadaire. 10  % des personnes interrogées ont ont déclaré avoir eu un épisode dépressif caractérisé (Edc) au cours des douze derniers mois. Les femmes, les étudiants et les chômeurs sont les plus touchés.

Les femmes, deux fois plus touchées que les hommes

L'incidence de la dépression a plus augmenté chez les femmes. Elle serait deux fois plus élevé chez ces dernières, notamment entre 35 et 44 ans, que chez les hommes. Pourquoi ? Le Beh met en avant plusieurs hypothèses : les inégalités salariales, les difficultés au travail, une charge mentale plus importante mais aussi parce que les hommes admettent moins la maladie et donc consultent moins leur médecin sur ce sujet. Chez les hommes, la prévalence est restée stable entre 2005 et 2017.

Les jeunes entre 18 et 44 ans sont très touchés par la maladie. Dans cette tranche d’âge, une personne sur 9 a vécu un épisode dépressif en 2017.

Les personnes aux plus faibles revenus sont les plus exposées, avec une augmentation de 3 points entre 2010 et 2017. La dépression augmente le plus chez les 35-44 ans (+ 4,4 points) et les étudiants (+ 4 points).

35 % à 45 % des arrêts de travail sont dus à des épisodes dépressifs.

A noter : la dépression ne s'apparente pas une simple déprime ou un état de tristesse passager. Elle se caractérise par plusieurs symptômes de différents niveaux  dont :

- une période d’au moins deux semaines consécutives à se sentir triste, déprimé, sans espoir, pratiquement toute la journée et presque tous les jours, se sentir épuisé ou manquer d’énergie plus que d’habitude,

- avoir pris ou perdu au moins 5 kg,

- avoir plus que d’habitude des difficultés à dormir,

- avoir beaucoup plus de mal que d’habitude à se concentrer.

  • 1. L'étude porte sur 25 319 personnes entre 18 et 75 ans, interrogées au téléphone par du personnel non médecin. Les participants ont répondu à un questionnaire destiné à diagnostiquer l’apparition d’un épisode dépressif caractérisé (Edc).

Vos réactions

Dans la même rubrique

Santé

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction