En 2012, une enquête de 60 Millions avait mis au jour les tarifs parfois hallucinants pratiqués par certains médecins exerçant dans les hôpitaux publics. Le mensuel publie des nouvelles données pour 2013 en liaison avec le site d’information santé 66 millions d’impatients édité par le Collectif interassociatif sur la santé (Ciss) . 

En 2013, les praticiens hospitaliers ont facturé 68,7 millions d’euros de dépassements d’honoraires dans le cadre de leur activité libérale à l’hôpital *. Un chiffre en légère baisse.

Dans le même temps, le taux de dépassement (autrement dit, le montant du dépassement rapporté au tarif de la Sécurité sociale) a diminué pour l’ensemble des médecins. Le taux de dépassement des chirurgiens a décru de 18 %, celui des gynécologues-obstétriciens de 8 % et celui des ophtalmologues de 19 %.

Pour autant, l’enveloppe globale des sommes facturées au-delà du tarif de la Sécurité sociale a légèrement augmenté. Explication : les médecins dépassent moins, mais ces dépassements sont plus fréquemment facturés aux patients, notamment parce que le nombre de spécialistes les pratiquant augmente.  Les chirurgiens, toutes catégories confondues (neurochirurgie, orthopédie, chirurgie vasculaire ou viscérale, etc.), concentrent près de la moitié des dépassements. Ils étaient près de 800 l’année dernière, répartis dans les hôpitaux publics, autorisés à y pratiquer des dépassements d’honoraires pour un montant moyen par praticien d’environ 41 000 €.

Si peu de praticiens hospitaliers pratiquent des dépassements d’honoraires, ceux qui le font  » n’y vont pas de main morte ! » estime le Ciss. En 2013, le dépassement moyen par praticien concerné s’est élevé à 33 000 €, selon les données.

 

*La loi autorise certains praticiens hospitaliers à consacrer 20 % de leur temps de travail à une activité libérale au sein de l’hôpital public, soit l’équivalent d’une journée par semaine. C’est dans ce cadre que sont pratiqués les dépassements d’honoraires. L’activité libérale se concentre surtout sur les disciplines chirurgicales et l’obstétrique, la cardiologie et la radiologie.