Le succès mondial d’Internet suscite inévitablement la convoitise de personnes mal intentionnées. Arnaques, fraudes et usurpations d’identité se multiplient. Voici ce que vous devez savoir pour éviter les mauvaises surprises.

Si Internet est un formidable outil pour se faciliter la vie, il est aussi un terrain de chasse très pratique pour les délinquants, qui débordent d’imagination pour vous piéger. Trois types de dangers peuvent vous guetter :
▶ l’utilisation frauduleuse de votre numéro de carte bancaire (les délinquants peuvent se procurer le numéro en regardant directement votre carte à votre insu, ou en piratant votre ordinateur ou le serveur d’un site sur lequel vous avez fait un achat…) ;
▶ l’escroquerie, qui peut être montée à partir de faux sites marchands, ou de fausses propositions de transactions, ou par des messages sollicitant votre aide pour débloquer des situations urgentes ou désespérées ;
▶ l’usurpation d’identité, qui consiste à utiliser les informations permettant de vous identifier pour souscrire un prêt, un abonnement ou commettre des actes répréhensibles (ces données sont souvent collectées par phishing, c’est-à-dire par des messages ressemblant à ceux de sociétés qui inspirent confiance, comme Edf ou votre banque, et qui vous demandent des informations pour régulariser une situation).

Comment réagir ?

En cas d’utilisation frauduleuse de votre numéro de carte bancaire, il convient de faire opposition par téléphone auprès de votre banque dès que vous vous en apercevez. Par la suite, vous devrez confirmer cette opposition par lettre recommandée avec accusé de réception et pourrez également demander le remboursement des sommes débitées.
On ne le sait pas toujours en effet, mais l’article L. 133-18 du Code monétaire et financier oblige votre banque à vous rembourser ces sommes (ainsi que les éventuels frais de découvert), sauf si elle peut prouver que vous avez été particulièrement négligent. Peu importe que vous ayez ou non une assurance contre le vol de carte bancaire ou que vous puissiez prouver ou non que vous n’êtes pas à l’origine des transactions litigieuses. Vous n’êtes même pas obligé de porter plainte, mais cela est toutefois fortement conseillé. En revanche, en cas d’escroquerie, le dépôt de plainte est indispensable : vous ne pourrez en effet espérer une réparation des préjudices subis que si les services de police parviennent à arrêter les auteurs.
Vous pouvez d’autre part signaler le délit sur le site du ministère de l’Intérieur www.internet-signalement.gouv.fr
Le dépôt d’une plainte est également indispensable en cas d’usurpation d’identité. Il vous faudra par ailleurs contacter au plus vite les divers organismes et sociétés auprès desquels votre identité a été utilisée.
Sachez enfin que la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) peut vous aider dans vos démarches pour faire valoir vos droits (récupérer l’accès à votre messagerie électronique, obtenir la suppression de fausses informations diffusées sur le Net…).

Quelques conseils pour se protéger

▶ Soyez attentif quand vous utilisez votre carte bancaire : veillez à ce que personne ne puisse voir les numéros inscrits dessus, et recouvrez le cryptogramme (les  trois chiffres au dos de la carte).
▶ Vérifiez la présence des mentions légales sur les sites sur lesquels vous achetez : numéro de Siret, adresse postale… Appelez le service client pour voir s’il existe vraiment.
▶ Faites une recherche sur Internet pour connaître la réputation du site qui vous intéresse.
▶ Méfiez-vous des prix anormalement attrayants.
▶ Ne payez jamais par carte bancaire sur une page Internet dont l’adresse ne commence pas par « https:// » (le « s » indique que le site est sécurisé, contrairement aux pages classiques dont l’adresse commence par « http:// »).
▶ Ne communiquez aucune de vos données personnelles par mail.
▶ Contrôlez vos relevés de compte.
▶ Mettez régulièrement à jour tous vos logiciels, en particulier vos antivirus.