De plus en plus de médicaments contrefaits

Une opération douanière menée pendant dix jours, début avril, dans 23 ports africains, a permis d’intercepter plus d’un milliard d’articles contrefaits dont 550 millions de doses de médicaments illicites, « potentiellement dangereux voire mortels », alertent l’Organisation mondiale des douanes et l’Institut de recherche anti-contrefaçon des médicaments qui ont mené l’opération.

Parmi eux des anti-paludéens, des antibiotiques, des anti-douleurs, des anti-inflammatoires, des médicaments contre l’hypertension artérielle et le diabète, des compléments alimentaires, etc. L’ensemble de ces « faux médicaments » est évalué à plus de 275 millions de dollars.

La majorité provenait d’Asie du Sud-Est et du Moyen-Orient. Selon l’agence de santé américaine , 1 médicament sur 10 vendu dans le monde serait un faux.

« Le problème de la contrefaçon est le plus aigu dans les pays où les systèmes de santé et de réglementation pharmaceutique et de contrôle de son application sont les plus faibles, souligne le communique de presse. Les médicaments de base comme les antibiotiques, les antipaludéens, ou encore les médicaments contre le Vih, font partie des médicaments les plus contrefaits ».

Ainsi, au Ghana et au Nigeria, deux études ont montré que 8% des antipaludéens certifiés par une autorité de réglementation ou l’Organisation mondiale de la santé (Oms) n’ont pas satisfaits aux tests de qualité car ils ne contenaient pas suffisamment de substances actives.

On estime que les chiffres de la contrefaçon de médicaments en Afrique dépassent les 60%, ils pourraient atteindre 30% au Kenya et 70% en Angola. Selon l’Oms, en 2011, 3000 malades du Kenya ont été touchés par des antirétroviraux tronqués.

Les pays industrialisés sont également touchés. En juillet dernier la Commission européenne a annoncé une augmentation notable de produits médicaux falsifiés dans l’Union européenne, les faux médicaments représentaient même les produits les plus interceptés en nombre d’articles dans les envois postaux (36%). Un phénomène lié, notamment, au développement d’achat de médicaments sur internet.

En 2011, plus de 27 millions de médicaments contrefaits ont été saisis en Europe, soit presque 25% des marchandises bloquées aux frontières.

 

A LIRE AUSSI :