Marisol Touraine, ministre de la Santé, a anoncé, dans son projet de budget de la Sécurité sociale, une facilité d’accès à la contraception pour les jeunes filles de moins de 18 ans et prévoit des mesures de prévention contre l’obésité.

Prévention oblige, Marisol Touraine renforce dans son projet de budget de la Sécurité sociale, l’accès à la contraception pour les mineures et s’attaque à l’obésité dès l’enfance.

Contraception, accès gratuit et confidentiel

Compte tenu de leur besoin de confidentialité et de leur absence d’autonomie financière vis-à-vis de leurs parents, les mineures pourront bénéficier de la gratuité et de la confidentialité de la consultation donnant lieu à la
prescription d’un contraceptif. Les examens biologiques qui en découlent seront également gratuits.
En effet, la contraception pour les mineures était gratuite depuis 2013 mais la consultation et les examens, eux, étaient payants.

Obésité, une prise en charge dès l’enfance

Autre « engagement de prévention » en direction des jeunes, le lancement d’une expérimentation destinée à lutter contre l’obésité, qui est « intimement lié au milieu social », a ajouté Mme Touraine.
« Avec ce Plfss, nous lançons une expérimentation fondée sur le repérage, par le médecin traitant, d’un risque d’obésité chez les enfants de trois à huit ans et la prise en charge financière de bilans d’activité physique et de l’intervention de diététiciens et psychologues », a-t-elle précisé.
L’obésité touche sept fois plus les enfants d’ouvriers que les enfants de cadres. Les consultations et bilans seront financés par le biais d’un forfait annuel par enfant versé par l’assurance-maladie.

Des consultations diététiques et psychologiques ainsi qu’un bilan d’activité physique seront dispensés, sur prescription du médecin traitant de l’enfant, par des professionnels de santé.
Ces consultations et bilans seront financés par le biais d’un forfait annuel par enfant versé par la caisse primaire d’assurance-maladie.