L’été approche et avec lui la hantise de devoir partir en vacances à la mer avec vos enfants ? Pas de panique

 L’eau, vous n’aimez pas. Dès que l’on vous parle d’aller dans le grand bassin, c’est la panique. Bien plus qu’une gêne, c’est une véritable phobie. L’aquaphobie affecte près d’un Français sur cinq. La peur d’être aspiré par le fond et de se noyer est parfois liée à un traumatisme ancien dont on a été témoin ou victime. Elle peut également toucher les enfants. Si vous vous apercevez qu’un de vos bambins répugne à se jeter à l’eau, inutile de le forcer à se baigner. Ce qui vous semble évident est source de stress pour lui. Inutile d’en rajouter.

L’aquaphobie n’est en aucun cas une fatalité. Des associations et des piscines municipales proposent des stages spécialisés. Grâce à une approche ludique, le maître nageur apprend aux stagiaires à s’immerger progressivement dans la piscine, à se mouiller le visage puis la tête, à rester assis, à se déplacer debout ou allongé, et même à se relaxer dans l’eau, à mesure que l’appréhension disparaît. Il prend toujours en compte la progression personnelle des participants, son objectif étant de leur montrer qu’ils sont capables de flotter en toute sécurité.

Ces stages peuvent être complétés par des séances de sophro­logie et de relaxation centrée sur la respiration. A vous de faire votre choix entre les différents programmes proposés. Une thérapie comportementale peut également porter ses fruits.

Les pieds dans l’eau, tél. 01 42 83 03 90.
Site Internet : www.pied-dans-eau.fr
Association française de thérapie comportementale et cognitive (Aftcc),
site Internet : www.aftcc.org