Cholestérol : il n'est pas si coupable !

La sortie du livre du Pr Philippe Even en début d’année, « La vérité sur le cholestérol », expliquant que le cholestérol n’était pas dangereux pour la santé et qu’il n’était pas nécessaire de prendre des médicaments pour le faire baisser, a relancé la polémique sur le sujet.

Pour éclairer les patients qui ne savent plus qui croire et quoi faire, Que Choisir Santé fait le point dans son numéro de novembre. La revue rappelle que le cholestérol a de nombreuses propriétés et qu’il est indispensable à l’organisme. Elle souligne également que le lien entre maladies cardiovasculaires et cholestérol est loin d’être établi, et qu’on est loin de pouvoir tout résumer à des marqueurs tels que « bon cholestérol » et « mauvais cholestérol ».

Le cholestérol n’est pas la cause première de l’infarctus

Les choses sont plus complexes. Des études ont même montré récemment qu’une molécule dérivée du cholestérol pouvait avoir des propriétés anticancéreuses mais d’autres dérivés du cholestérol ont un effet inverse.

D’où vient alors la crise cardiaque ? De l’athérosclérose, autrement dit, la formation de plaques d’athérome dans les artères, composées de globules blancs, macrophages, tissus fibreux, etc. mais pas directement du cholestérol. « Si ces dernières ne sont pas endommagées, le cholestérol ne s’y accumulera pas », assure Que Choisir Santé. C’est quand la plaque se fracture qu’un caillot peut se former et obstruer l’apport de sang au cœur via les artères coronaires et provoquer un infarctus.

Une bonne alimentation est la meilleure prévention

Alors faut-il prendre des médicaments et notamment des statines ? Selon le mensuel, il y a « peu de preuves » de l’intérêt des statines en prévention primaire, c’est-à-dire chez une personne ayant des facteurs de risques (cholestérol élevé, diabète, etc.). Or, en France, plus de six millions de personnes sont sous statines dont les effets indésirables (troubles musculaires et digestifs…) peuvent être graves. L’utilité des statines n’apparait pas évident non plus chez les patients ayant eu un accident cardiaque : quelques études indiquent que ces médicaments ne diminueraient pas la mortalité, d’autres qu’elles pourraient la réduire de presque un tiers.

En conclusion, Que Choisir Santé rappelle que le seul remède dont l’efficacité pour prévenir le risque cardio-vasculaire a été démontrée est l’alimentation de type méditerranéenne, composée de légumes, fruits, céréales, noix, pain, poisson, volaille, huile d’olive et de colza…