C’est un magasin spacieux – une centaine de mètres carrés –, qui a été inauguré à la mi-octobre, dans le centre-ville de Blagnac (Haute-Garonne). Située à deux pas de l’église, l’enseigne les Opticiens mutualistes[fn]1, rue Lavigne, 31700 Blagnac. Tél. 05 34 60 63 25. Ouvert du mardi au vendredi, de 9 h 30 à 13 heures et de 14 h 30 à 19 heures, et le samedi, de 9 h 30 à 13 heures.[/fn] offre un espace dominé par le rouge, avec un revêtement de sol aux tons chauds, conformément à la dernière charte architecturale du groupement d’intérêt économique (Gie) des Mutuelles de France, Mutoptic. L’agencement est pratique, la présentation, simple et élégante.
Le dernier-né des magasins d’optique gérés par l’Union de gestion des réalisations mutualistes (Ugrm) du Sud-Ouest a ouvert début juillet dans ce bassin de vie très dynamique. Sa clientèle est composée à la fois de résidants de cette bourgade de 21 000 âmes, qui dispose d’un commerce de proximité très dense, et d’employés de l’aéronautique – Airbus y a son siège.
« Blagnac est une ville qui bouge, dont la vie associative est riche. Mutami compte bon nombre d’adhérents dans ce secteur, au nord-ouest de Toulouse. Or, jusqu’à présent il n’y avait pas d’opticien mutualiste », constate Florence Duprat, responsable du magasin. Hasard de la géographie : c’est aussi dans ce secteur qu’est basée Rétina France, association de malades de la rétine, dont l’une des missions est, entre autres, de soutenir les personnes malvoyantes et de les aider à surmonter leur handicap dans la vie quotidienne.
A l’instar des autres sites de l’Ugrm, le nouveau magasin dispose d’ailleurs d’un espace basse vision en plus des autres services qu’il propose : atelier de montage, laboratoire de contactologie, appareils pour examens visuels… Un rayon est consacré aux enfants. « Notre clientèle bénéficie d’un large choix de montures, en entrée comme dans le plus haut de gamme, sachant que les marques sont à des prix très compétitifs. A noter que nous proposons les montures de fabrication française Opalia », précise Florence Duprat.
Les Opticiens mutualistes pratiquent le tiers payant, grâce à l’accord passé avec de nombreuses mutuelles, dont celles de l’aéronautique. Si les adultes doivent se munir d’une ordonnance de moins de trois ans, les enfants et les porteurs de lentilles de contact doivent en revanche en présenter une de moins d’un an. La vue des enfants peut en effet évoluer très vite. Quant au port de lentilles, l’ophtalmologue doit vérifier qu’il n’y a pas de complications, lesquelles sont bien souvent asymptomatiques. Les principales sont l’hypoxie (manque d’oxygène) de la cornée et les infections liées à un mauvais entretien ou à un port abusif.