Cancers, de l’hérédité au risque professionnel

Une centaine de personnes avaient répondu à l’invitation de la mutuelle familiale du cher, de la section de tours et région de mutuelle entrain et de la cmcas 18 (électriciens et gaziers), le 14 février dernier, à vierzon, pour s’informer et débattre sur le thème des cancers et des maladies professionnelles. Le dr Stéphane Richard, chercheur et médecin spécialiste des cancers du rein, a notamment abordé le thème des facteurs héréditaires – 5 à 10% des cas – et la possibilité pour les personnes à risque de passer des tests génétiques en vue d’un dépistage précoce.

Sociologue au cnrs à strasbourg, pascal marichalar a, pour sa part, évoqué l’«invisibilité» des cancers dans le monde du travail et le fait qu’ils sont sous-estimés. Très peu sont reconnus en maladie professionnelle, et cette démarche, conjuguée à celle de demande d’indemnisation, est un véritable parcours du combattant, sachant que très peu de dossiers aboutissent réellement chaque année.

Il a rappelé les contradictions existant historiquement entre la prévention et la production, avec les impératifs de rentabilité de cette dernière, et le rôle primordial joué par les comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (chsct), bien qu’ils ne disposent pas toujours des listes des produits chimiques utilisés, ni de leur composition… l’amiante reste la première cause des cancers professionnels reconnus, y compris dans certains emplois et métiers a priori pas exposés. Le dr Françoise Devay, médecin coordinatrice à l’association de dépistage organisé des cancers (adoc 18), et le dr François Belhomme, de la ligue contre le cancer du cher, ont fait le point sur la prévention des cancers, notamment féminins, et leur dépistage après 50 ans. nk. p. section de tours et région