Bouger après 40 ans, c'est encore bénéfique pour le cœur !

Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Une étude française montre que l’activité physique est bénéfique même lorsque l’on ne la débute qu’à l’âge de 40 ans.

Les chercheurs ont en effet comparé chez trente-quatre hommes en bonne santé âgés de 55 à 70 ans la santé cardiaque de ceux qui avaient débuté une activité physique avant 30 ans avec celle de ceux qui s’étaient mis au sport après 40 ans. Dix d’entre eux n’avaient jamais fait plus de 2 heures par semaine de sport d’endurance relativement intense au cours de leur vie. Onze avaient commencé à en faire au moins 5 heures par semaine, et depuis un minimum de cinq années, après 40 ans. Idem pour le troisième groupe, qui avait commencé avant 30 ans.

Résultats : après avoir mené une série d’examens qui comprenaient des tests à l’effort maximum, des échocardiographies et des analyses du rythme cardiaque, les chercheurs n’ont découvert aucun différence entre ceux qui avaient commencé avant 30 ans et ceux qui avaient commencé après 40 ans. Quant aux inactifs, ils avaient un cœur moins performant que les actifs.

« Il n’est jamais trop tard pour changer son mode de vie et devenir plus actif physiquement, déclare l’auteur principal de l’étude, David Matelot, chercheur au laboratoire de traitement du signal et de l’image de Rennes (unité Inserm 1099), où l’étude a été réalisée sous la houlette du Pr François Carré, professeur de physiologie cardio-vasculaire, et dont les résultats viennent d’être présentés au congrès de la Société européenne de cardiologie à Amsterdam. Ce sera toujours bénéfique pour le cœur et le bien-être. Un niveau d’entraînement élevé pendant des heures chaque semaine n’est pas nécessaire. Prendre les escaliers plutôt que l’ascenseur ou jardiner régulièrement peuvent aussi s’avérer bénéfiques. »