La consommation importante de lait chez les adultes augmenterait les risques de fracture et le taux de mortalité, selon une étude suédoise.

Boire du lait, pas si bon pour la santé? Oui, à en croire une étude suédoise publiée dans la revue médicale British Medical Journal (BMJ).

Après avoir suivi 61 433 femmes âgées de 39 à 74 ans et 45 339 hommes en moyenne pendant vingt ans (chacun d’entre eux ont répondu régulièrement à des questionnaires de santé sur leur consommation de lait, de fromage et de yaourt), les chercheurs ont établi plusieurs liens statistiques.

Ainsi, les femmes qui consomment trois verres ou plus de lait par jour ont un risque de fracture de la hanche de 60% plus élevé par rapport à celles qui boivent moins d’un verre par jour et un risque relatif de décès de 90% plus élevé.

Pour les hommes, le lien statistique entre une grande quantité de lait consommée et le risque de décès est également observé mais de manière moins prononcée, tandis qu’aucun lien n’est observé pour les fractures chez les gros buveurs de lait.

Le lactose et le D-galactose en cause

A contrario, « les femmes qui consomment beaucoup de fromage et de produits à base de lait fermenté ont un taux de mortalité et de fracture plus faible que celles qui en prennent peu », observent les chercheurs. 

Pour expliquer l’éventuel effet néfaste du lait à haute dose chez les adultes, les chercheurs mettent en avant la présence en quantité importante de sucres spécifiques dans le lait : le lactose et le D-galactose, peu présents dans les produits fermentés. Le D-galactose pourrait jouer un rôle dans le stress oxydatif des cellules et l’inflammation des tissus.

Pour autant, les chercheurs reconnaissent que leurs travaux doivent « être interprétés avec prudence » car il s’agit essentiellement d’un travail d’observation qui mériterait d’être confirmé avant de remettre en cause la validité des recommandations destinées à prévenir l’ostéoporose. Aucune relation de cause à effet n’a été formellement démontrée.

 

A lire aussi : Lait, mensonges et propagande, par Thierry Souccar, Thierry Souccar Editions, 19 euros.