- Par Emmanuelle Heidsieck

Jean-Luc Mélenchon : « Le 100 % Sécu pour la totalité des dépenses de soins »

©Romain BEURRIER/REA
Candidat à l’élection présidentielle sous la bannière de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon propose que l’assurance-maladie prenne en charge la totalité des dépenses de soins dans le cadre de ce qu’il nomme le « 100 % Sécu ». Pour le député européen, cette mesure sera financée par la transformation des primes aux complémentaires en cotisations à l’assurance-maladie. Il n’y aura pas de pertes d’emplois : le personnel des mutuelles se verra proposer une « intégration dans l’assurance-maladie ».

- Comment voyez-vous l’articulation entre assurance-maladie de base et complémentaires santé ? Quel devrait être selon vous le panier de soins remboursable par l’assurance-maladie ?
Le programme de la France insoumise propose la mise en place du « 100 % Sécu » afin que l’assurance-maladie prenne en charge la totalité des dépenses de soins jugés indispensables, dont l’optique, le dentaire et les audioprothèses.
Le « 100 % Sécu » garantira un financement plus égalitaire, les cotisations étant proportionnelles aux salaires et indépendantes de l’état de santé, et sera moins coûteux, les frais de gestion de l’assurance-maladie étant bien moins élevés que ceux des complémentaires. Cette mesure n’entraînera pas de pertes d’emplois. Les complémentaires pourront continuer à assurer certaines fonctions en matière de prévention ou de gestion de centres de santé, et une grande partie des personnels se verront proposer une intégration dans l’assurance-maladie.
Enfin, cette mesure sera financée par la transformation des primes aujourd’hui versées aux complémentaires en cotisations. Combinée à la suppression de certaines dépenses inutiles et aux économies liées à la prise en charge par un organisme unique, il n’y aura pas de hausse des prélèvements pour les assurés. Au contraire, les plus bas salaires gagneront en pouvoir d’achat.
- L’Ani, soit la complémentaire obligatoire en entreprise, a abouti à une forte segmentation des couvertures : Cmu, Acs, complémentaire en entreprise, complémentaire seniors, complémentaire individuelle. Envisagez-vous une réforme pour sortir de cette complexité ?
Le « 100 % Sécu » constitue aussi une avancée considérable en matière de lisibilité. Terminés les problèmes de transmission entre assurance-maladie et complémentaires. Demain, vous aurez un interlocuteur unique financé de façon transparente et équitable. On mettra ainsi fin aux inégalités qui existent entre salariés des grandes entreprises, qui bénéficient généralement d’une complémentaire de haut niveau, et les autres qui sont obligés de payer cher pour un niveau de couverture très faible.
- Quelle est votre position sur le tiers payant généralisé ? Quelles sont les mesures que vous préconisez pour améliorer l’accès aux soins ?
Le tiers payant actuel n’est pas généralisé, puisqu’il n’est obligatoire que pour la part des dépenses prises en charge par l’assurance-maladie. Il faut aller vers un vrai tiers payant généralisé car, en dispensant de l’avance des frais, on contribue à diminuer le taux de renoncement aux soins pour raisons financières.
S’agissant de l’amélioration de l’accès aux soins, elle s’appuie sur différentes mesures. Le « 100 % Sécu » constitue un premier pilier. L’interdiction des dépassements d’honoraires, qui s’accompagnera d’une refonte des mécanismes de rémunération des professionnels de santé pour en finir avec le paiement à l’acte, en constitue un deuxième. Enfin, nous proposons la création massive de centres de santé pluridisciplinaires, répartis sur l’ensemble du territoire, qui permettront de supprimer les déserts médicaux. Ce qui répond à une attente des professionnels de santé.
Comme vous avez pu le constater le « 100 % Sécu » constitue une mesure phare mais je ne souhaite pas réduire notre programme à cette seule mesure. Notre programme de santé s’appuie sur une réflexion systémique qui dépasse la seule question de l’offre de soins. Lutter contre la pollution environnementale ou contre les inégalités sociales, comme nous le proposons, c’est aussi agir en faveur de la santé.

Vos réactions

Vous aimeriez aussi

- Par Anne-Marie Thomazeau

La santé, enjeu fondamental pour les Français

3 Français sur 4 pensent que les propositions en matière de santé seront déterminantes pour leur vote.