- Par François Fillon

Emmanuel Macron prône la prévention au congrès 2018 de la Mutualité

Invité au congrès de la Mutualité française à Montpellier, ce 13 juin 2018, Emmanuel Macron a voulu «redonner de la cohérence» à son approche sociale, selon l'Élysée. Pas de « promesses » mais des « orientations ».

Un discours de plus d’une heure où peu d’annonces concrètes ont été faites. Pas de « promesses », mais des « orientations » et, au passage, un nouvel élément de langage de la part du gouvernement. Ne parlons plus de « Reste à charge 0 », mais de « 100% santé ».

Pour accueillir le président de la république, Thierry Beaudet présentait la Mutualité française en ces mots : « Nous sommes 250 années d’efforts en vue de construire des solidarités... » Ajoutant au fil de son discours : « Vous appréciez l’initiative. Nous sommes une initiative qui dure. Nous voulons être des pionniers, à l’avant-garde, au service du plus grand nombre. A chacun de nos succès, à chaque fois que nos offres sont reprises et généralisées, nous risquons d’être banalisés, dilués, concurrencés. »

Emmanuel Macron prenait la parole autour d’un diptyque sur la protection sociale construit autour de deux thématiques : « accompagnement » et « responsabilisation».  Il n’eut cesse de rappeler qu’il faut aujourd’hui s’attaquer aux «racines» des «inégalités» qui grèvent notre système de santé : « Notre système aujourd’hui est plus inégal qu’il y a 30 ans. Nous devons bâtir un état providence de la dignité et de l’émancipation. » Et d’insister sur un maître mot « la prévention qui attaque les inégalités avant qu’il ne soit trop tard ».

Pour le président, développer la prévention a trois objectifs « l’universalité des droits, la dignité par l’aide, et le travail pour toutes celles et ceux qui peuvent y avoir accès. Et ce, sans « dépenser toujours plus d’argent ».

Il poursuit en identifiant trois grands défis pour les années à venir : la santé, l’âge et l’exclusion. En guise de solution, le Président propose : le nouveau dispositif 100% santé pour un reste à charge 0 en matière d’optique, d’audition, et de soins dentaires. Il laissera Agnès Buzyn en faire l'analyse détaillée. Il annonce également une loi sur la dépendance d’ici la fin de l’année 2019. Enfin, il prévoit le vote d’une loi sur les retraites dans le courant du premier semestre 2019.

« Nous sommes sur une transformation profonde qui prendra du temps mais que nous devons mener ensemble » assurait le président Macron. Ce à quoi plusieurs voix se sont fait entendre dans la salle pour demander une suppression des taxes sur les mutuelles qui représentent 13,5% des cotisations… 

 

Vos réactions