En 2012, 1 238 noyades accidentelles ont été enregistrées entre juin et septembre, provoquant 497 décès dont 28 parmi les moins de 6 ans, 47 de 6 à 19 ans et 145 chez les plus de 65 ans, selon l’Institut de veille sanitaire (InVS). La plupart des accidents impliquant des enfants est liée à un manque de surveillance, à un défaut du dispositif de sécurité ou encore à une chute. Pour les adultes, ils se produisent principalement suite à un malaise, à une imprudence ou tout simplement au fait de ne pas bien savoir nager. En effet, selon les derniers chiffres du Baromètre Santé Inpes 2010, 54% des femmes et 27% des hommes de 65 à 74 ans ne savent pas nager. En moyenne, tous âges confondus, un français sur cinq ne sait pas nager.

La période estivale est donc un moment propice aux accidents de la vie courante, que ce soit à la mer, à la piscine ou au bord d’un lac. Aussi pour que chacun profite au mieux de l’été et des plaisirs aquatiques, l’Inpes propose une brochure « Mode d’emploi de la baignade », téléchargeable sur www.inpes.sante.fr. Des conseils concernant particulièrement les piscines sont en ligne sur www.prevention-maison.fr.

Et rappelle quelques règles de sécurité, notamment pour ce qui concerne les enfants. En effet, plus vulnérables, (ils peuvent se noyer sans bruit, en moins de trois minutes, dans vingt centimètres d’eau), ils doivent être constamment surveillés par un adulte, être équipés de brassards (marquage CE et norme NF 13138-1). Il est aussi important de leur apprendre à nager le plus tôt possible, dès 4-5 ans, selon leurs capacités, au plus tard, à partir de 6 ans.

Pour les adultes, la prudence s’impose aussi. Prévenir un proche avant de se baigner, respecter les consignes de sécurité signalées par les drapeaux de baignade, ne pas s’exposer longtemps au soleil et rentrer dans l’eau progressivement, ne pas boire d’alcool avant la baignade, voire se former aux gestes de premiers secours…sont autant de règles de sécurité à respecter. Il est également recommandé de ne pas se baigner si l’on se sent fatigué, si l’on a des frissons ou si l’on souffre de problèmes de santé. Et de ne pas surestimer son niveau de natation : il est toujours plus difficile de nager en milieu naturel qu’en piscine.

 

A LIRE AUSSI :