Le printemps est arrivé, bienvenue au royaume des allergies. Conjonctivites, rhinites, éternuements, gêne respiratoire et même asthme sont au rendez-vous. Le retour d’un beau temps chaud nous expose en ce moment aux pollens de bouleau, surtout sur une grande moitié nord. Les pollens de platane sont aussi très présents au sud d’une ligne Nantes-Besançon. Quant aux graminées, elles sont à leur apogée à l’ouest du pays.

Les pollens les plus allergisants sont ceux des bouleaux, platanes, cyprès, aulnes, chênes, frênes. Les graminées aussi ont un potentiel allergisant très élevé avec un pic dominant en juin. Citons les fétuques, les ray-grass, l’ivraie, les pâturins, les puccinellies, le blé, le seigle, l’orge, l’avoine, les roseaux, le millet, l’herbe des pampas, la molinie, le maïs, etc.

A la fin de l’été, évitez l’ambroisie

L’ambroisie, fréquente dans la région lyonnaise, est une plante annuelle, assez grande (de 30 cm à 1,80 m). Les tiges sont robustes, ramifiées, souvent rougeâtres. La floraison a lieu de la fin de l’été jusqu’à l’automne. Elle a fait l’objet de plusieurs campagnes d’arrachage, car son pollen a un pouvoir allergisant très élevé, principal responsable du rhume des foins.

Consultez le bulletin des allergies sur le site du Réseau national de surveillance aérobiologique (Rnsa) : www.pollens.fr