Philippe Courbon, éducateur en santé et fondateur du cabinet Idee, tiendra le 29 mars une conférence sur l’alimentation au siège de La Mutuelle Familiale à Paris.

Faut-il changer son alimentation et pourquoi ?
Ce qui se joue dans nos assiettes, ce sont des enjeux de santé publique, environnementale et planétaire, car nos choix en matière d’alimentation influencent aussi les modes de production, de distribution, de fabrication…

Quels sont les thèmes que vous allez aborder lors de la conférence?
Un premier volet analysera l’évolu- tion des mœurs alimentaires depuis 1850 à partir de trois aliments (la viande, le pain, le sucre) et les conséquences sur les maladies dites « de civilisation », comme le cancer, le diabète, l’obésité, les maladies dégénératives. L’occasion de balayer les pollutions chimique, alimen- taire et environnementale, la question des labels et des étiquetages, ainsi que celle de la qualité nutritionnelle des aliments. Sans oublier cette dualité : malbouffe au Nord et malnutrition au Sud. Bref, manger est en soi un acte politique. Dans un deuxième volet, il sera question de comprendre comment ce que nous consommons a un impact sur l’économie mondiale de l’alimentation. Questions dont nous retiendrons enfin quelques options directement applicables au « manger autrement ».

Est-ce que changer son alimentation est à la portée de tout un chacun ?

Nos choix dépendent de l’information dont nous disposons et de notre responsabilité, individuelle et collective. Le pouvoir d’achat compte aussi. Cela dit, il s’agit souvent d’une répartition de budget. Un meilleur équilibre alimentaire peut se faire à budget égal. Car il faut prendre en compte que la pollution chimique dans l’alimentation a un coût. Nous payons d’abord ce que nous consommons, puis dans un second temps les soins des maladies causées par la consommation de ces produits. 

Propos recueillis par Alexandra  Luthereau.