Deux questions à Paul Smith, vice-président de la Mutuelle de France Plus.

 

La mutuelle a souhaité nouer des partenariats avec le Secours populaire et les Petits Frères des pauvres. Quel est le sens de cette démarche ?
Ces deux partenariats sont fondés sur un profond partage de valeurs. Le Secours populaire français agit, dans le respect de la dignité des personnes, pour créer un vaste réseau d’entraide. C’est un compagnonnage de longue date qui nous tient à cœur. Dans le passé, nous avons d’ailleurs participé à des actions concrètes d’animation avec ce partenaire. Nous avons également bien des valeurs en commun avec les Petits Frères des pauvres, qui accompagnent dans un esprit fraternel des personnes âgées souffrant de solitude, de pauvreté et de précarité.
C’est pourquoi nous avons décidé d’unir nos forces et nos compétences à celles de ces deux associations pour faciliter l’accès aux droits des personnes qu’elles accueillent.

Concrètement, sur quoi va porter l’engagement de la mutuelle ?
Notre volonté est d’accompagner le Secours populaire français et les Petits Frères des pauvres sur les questions ­relatives à la santé et à l’accès aux soins. Les personnes suivies par ces deux a­ssociations qui souhaitent adhérer à la mutuelle pourront le faire sans ­période d’attente, dans le cadre d’un contrat santé collectif qui proposera des garanties adaptées et solidaires.
Par ailleurs, nous allons former les intervenants ou les bénévoles de ces ­deux associations sur le droit à la couverture maladie universelle (Cmu) et sur l’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé (Acs) afin qu’ils puissent renseigner et orienter au mieux les personnes fragilisées. Rappelons que l’Acs, accordée par l’assurance-maladie, se présente sous la forme d’une attestation-chèque à faire valoir auprès de la Mutuelle de France Plus dans un délai de six mois au maximum après son obtention.
L’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé permet à nos adhérents éligibles de bénéficier d’une garantie spécifique. C’est une offre à 0 euro, que nous avons eu à cœur d’élaborer. Elle couvre les soins les plus coûteux, évite aux adhérents de faire l’avance des frais pour les médicaments à vignettes blanche et bleue et, enfin, donne accès au réseau de soins mutualiste, où est pratiqué le tiers payant. Nous sommes fiers d’être la seule mutuelle qui propose une offre gratuite et traduit ainsi dans les actes son combat pour l’accès aux soins pour tous, pour, in fine, en faire bénéficier les plus démunis…