L’accident vasculaire cérébral (AVC) n’est pas une fatalité. En France, 130 000 nouveaux cas surviennent chaque année, dont 25% chez les moins de 65 ans. L’AVC est la 1ère cause de handicap chez l’adulte : environ 500 000 personnes souffrent au quotidien des séquelles d’un tel accident. Pourtant, il est possible de limiter les dégâts si l’on agit vite. Plus il est pris en charge tôt, mieux l’AVC peut être traité. Pour cela, il faut savoir reconnaître les signes avant-coureurs d’un accident vasculaire cérébral qui sont :

  • l’apparition brutale d’une paralysie d’un ou de plusieurs membres,
  • une difficulté d’élocution,
  • une déformation de la bouche.

Dans ce cas, il faut réagir immédiatement et appeler le Samu, en composant le 15. Les facteurs de risque de l’Avc sont l’hypertension artérielle, le tabac, l’obésité abdominale, un taux élevé de cholestérol, le diabète.

Lundi 29 octobre journée mondiale de l’AVC organisée en France par la Société Française Neuro Vasculaire (SFNV)