Navigation mutuelle

Mutualité

Un Comité des Sages va plancher sur la réforme du système de santé

Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la santé a présenté le mercredi 16 janvier en Conseil des ministres une communication relative à la stratégie nationale de santé annoncée par le Premier ministre dans sa déclaration de politique générale.

Afin de mettre en œuvre cette stratégie, un comité des sages, composé de hautes personnalités du monde de la santé et de la recherche sera prochainement constitué. Il rendra compte de l’avancement de ses travaux devant un comité stratégique présidé par la ministre des affaires sociales et de la santé et auquel sera étroitement associée la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche. Le secrétaire général des ministères chargés des affaires sociales assurera le pilotage administratif de cette stratégie. Elle sera aussi l’occasion de mobiliser le plus largement possible les acteurs de la santé, tant au niveau national que dans les régions.

Le système de santé, a rappelé la Ministre, est aujourd’hui confronté à de nombreux défis : augmentation du nombre des patients atteints de maladies chroniques, notamment de patients âgés, développement des inégalités sociales et territoriales devant la santé, maintien de déficits élevés qui sont cause d’une dette sociale importante.

La France consacre au financement du système de santé plus de 11 % de sa richesse nationale, ratio qui la place parmi les premiers pays au monde. Malgré cet engagement public de premier plan et des atouts indéniables, le fonctionnement actuel de ce système, trop cloisonné, imparfaitement articulé au secteur social et centré sur la prise en charge de pathologies aiguës, se traduit par des pertes de chance pour les patients, par le découragement de certains professionnels et par une déperdition de moyens à un moment où la croissance seule ne suffit plus à dégager les ressources nécessaires à son financement, déplore Marisol Touraine.

Pour répondre à ces défis, c’est dorénavant à partir du parcours de la personne, patient, personne âgée, personne handicapée, que doit s’organiser le système de santé, pour supprimer peu à peu les ruptures dans la prise en charge provoquées par les cloisonnements. Il s’agit de structurer le système de santé autour de la notion de parcours de soins, en donnant sa juste place à l’hôpital. Il s’agit également de rééquilibrer la politique de santé au profit d’une action sur les déterminants de santé, qui concernent aussi bien l’éducation, le logement, l’emploi que la prévention, la promotion de la santé et l’éducation thérapeutique, sans oublier les enjeux liés à la sécurité sanitaire. Il s’agit enfin de définir le rôle respectif des professionnels de santé et de promouvoir le travail en équipe sur le territoire et autour de la personne, pour améliorer les conditions de sa prise en charge, et d’aborder la question des échanges d’information entre professionnels et des systèmes d’information en santé.

La stratégie nationale de santé devra également permettre de définir les enjeux de la recherche clinique et de la recherche fondamentale, le transfert de l’une vers l’autre, l’apport des technologies nouvelles dans le domaine de la santé, et d’inscrire ces enjeux dans l’agenda stratégique de la recherche dont doit se doter le pays. La recherche biomédicale doit être décloisonnée pour favoriser le continuum nécessaire entre le soin et la recherche fondamentale jusqu’au lit du malade.

Les modalités de mise en œuvre de l’engagement du Président de la République de généraliser la couverture complémentaire à tous les Français à l’horizon 2017 seront également examinées.

Vos commentaires

Bonjour,
Voici ce qu'a oublié de parler Marisol TOURAINE lorsqu'elle a proposé de constituer un comité des sages sur la reforme du système de santé ...
Et comme nous sommes encore en janvier:des souhaits de meilleure santé ...
La ministre n'évoque pas assez(pas du tout même) les bénéfices de la santé !
Elle ne parle que de fardeau pour la société,qu'il faudrait alléger pour faire face à la compétition économique mondiale.Pourquoi ne parle-t-elle pas de l'augmentation de l'espérance de vie ,de gain en productivité des personnes en bonne santé ?Deux économistes américains ont démontré qu'en 30 ans,la valeur créée en gain de santé et de longévité aurait ajouté chaque année à la richesse du pays 32°/o du PIB !
De plus,trouvez-vous normal que la majorité des recettes de l'Assurance Maladie proviennent des cotisations salariales et qu'un grand nombre de revenus qui constituent une part importante de notre PIB échappent ou sont exonérées des cotisations sociales ,ou taxés à un taux inférieur des revenus salariaux !
Les discours alarmistes de la Ministre (et bien d'autres ) ne résistent pas à l"épreuve des chiffres officiels,qui relèvent en 10 ans une augmentation des dépenses de santé par habitant d'une moyenne annuelle de 2,3°/o en France contre 4,6°/o pour les pays de l'Union Européenne ,et qu'en 30 ans ,la part des dépenses de l'Assurance Maladie consacrées à l'hopital Public est passée de 41°/o à 33°/o:

Dans la même rubrique

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction