Navigation article

Prévention

Troubles bipolaires : les patients sont trop tardivement dépistés

Selon une enquête Ipsos*, la première du genre, les patients souffrant de troubles bipolaires, maladie anciennement appelée « psychose maniaco-dépressive », mettent en moyenne 5 ans avant d'être clairement diagnostiqués.

En France, 7 patients sur 10 ne reçoivent pas le bon diagnostic et ne sont donc pas pris en charge correctement.

Par ailleurs, 38 % des malades se sentent rejetés dans leur famille, 50 % déclarent avoir une sexualité altérée par la maladie et 70% évoquent des problèmes au travail : 32 % parlent de discrimination de la part de l'employeur, et plus encore (50 %) de la part de leurs collègues.

Pour le Pr Courtet, chef du service de Psychologie Médicale et Psychiatrie à l'Hôpital Lapeyronie de Montpellier, « il est d'autant plus difficile de s'accepter bipolaire que l'image renvoyée par la société sur la maladie mentale est très négative. Encore trop souvent, la maladie mentale est assimilée à la folie, et la folie au danger pour les autres ».

Les professionnels de santé jouent un rôle prépondérant : 95 % des patients disent trouver aide et écoute auprès d'eux, aussi bien chez le psychiatre que chez le généraliste.

Néanmoins, ils demandent encore plus de dialogue, un traitement personnalisé, mieux expliqué, et des conseils pour mieux vivre la maladie au quotidien.

On estime qu'en France, les troubles bipolaires touchent 1 % de la population. Ils se caractérisent par la succession de troubles de l'humeur, alternant entre des phases maniaques d'excitation et d'exaltation caractérisées par une grande activité et des phases dépressives marquées par un abattement total pouvant conduire à une tentative de suicide.

* menée en partenariat avec Bristol Myers Squibb et Otsuka Pharmaceutical France.

Le site de l'association d’aide aux personnes atteintes de troubles bipolaires (maniaco­dépressifs) et à leur entourage :

www.argos2001.fr

Vos réactions

Dans la même rubrique

Bien-être

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction