Semaine européenne de la vaccination : quelles recommandations en France ?

Semaine européenne de la vaccination : quelles recommandations en France ?

Jusqu'au 26 avril se tient la semaine européenne de la vaccination. En France, 19 régions participent à cette initiative. L'occasion de faire le point sur notre couverture vaccinale.« Il y a une priorité, c'est la rougeole, affirme le Pr Joël Gaudelus, chef du service de pédiatrie à l'hôpital Jean Verdier à Bondy (93). Cette maladie est en recrudescence depuis le dernier trimestre 2008, les nourrissons surtout ne sont pas assez vaccinés ».

Selon l'Organisation Mondiale de la Santé (Oms), plus de 8 145 cas de rougeole ont été signalés en Europe l'année dernière : 90% ont été enregistrés dans six pays d'Europe (Allemagne, Autriche, Espagne, Royaume-Uni, Italie, Suisse) où le taux de vaccination est bas. En France, 87% des enfants de 2 ans ont reçu une première dose du vaccin ROR (Rougeole-Oreillons-Rubéole) mais, selon les autorités sanitaires, pour éliminer le virus, il faudrait que ce taux atteigne 95% et que 80% des enfants du même âge aient déjà eu la deuxième injection. « La rougeole n'est plus seulement une maladie infantile, dans un cas sur trois, elle touche un adulte », explique le Dr Nathalie Parez, pédiatre à l'hôpital Louis Mourier à Colombes (92).

Rougeole-Oreillons-Rubéole

. 1ère dose de vaccin ROR à 12 mois

. 2ème dose entre 13 et 24 mois (respecter un délai d'un mois entre les 2).

Pour les nourissons admis en collectivité :

. 1ère dose dès 9 mois

. 2ème dose entre 12 et 15 mois

Rattrapage pour les enfants, les adolescents et les jeunes adultes non vaccinés :

. 2 doses à au moins un mois d'intervalle pour tous les enfants nés entre 1992 et 2006.

. 1 dose pour les personnes nées entre 1980 et 1991.

La vaccination est recommandée aux professionnels de santé, aux voyageurs et à l'entourage d'un cas (dans ce dernier cas, se faire vacciner dans les 72 h suivant la contagion).

Pneumocoque

Le pneumocoque est la première cause de méningites bactériennes chez le petit enfant. Le vaccin est conseillé depuis 2006 à tous les enfants de moins de 2 ans. Le nouveau schéma vaccinal est le suivant :

. 1ère dose à 2 mois.

. 2ème dose à 4 mois.

. Rappel à 1 an.

BCG

Vaccin contre la tuberculose, le BCG n'est plus obligatoire depuis 2007. Il est néanmoins recommandé dans les cas suivants :

. enfant né dans un pays où la tuberculose est encore très présente.

. enfant dont au moins un des parents est originaire d'un de ces pays.

. enfant devant séjourner au moins un mois d'affilée dans un de ces pays.

. enfant ayant des antécédents familiaux de tuberculose, résidant en Ile-de-France ou en Guyane.

. enfant jugé par le médecin à risques d'exposition au bacille.

La vaccination doit être réalisée si possible au cours du premier mois de vie. Elle s'applique jusqu'à l'âge de 15 ans.

Cancer du col de l'utérus

Depuis deux ans, deux vaccins sont disponibles pour protéger les jeunes filles des infections à HPV (Human Papillomavirus) qui se transmettent lors des relations sexuelles et qui sont responsables d'au moins 70% des cancers du col de l'utérus. En France, la vaccination, qui repose sur 3 injections, est recommandée :

. chez les adolescentes de 14 ans, avant toute exposition au virus.

. chez les jeunes filles de 15 à 23 ans n'ayant pas encore eu de rapports sexuels ou ayant commencé leur sexualité depuis moins d'un an.

Pour l'heure, seules 22% des filles de 14 ans sont vaccinées. Et des interrogations subsistent. Par exemple, la durée de la protection: « Le vaccin protége au moins 6 ans mais ce sera certainement beaucoup plus », estime le Pr Jean Lévêque, chef de service de gynécologie au Chu de Anne de Bretagne à Rennes. Quant à l'innocuité du vaccin, il n'existe pas beaucoup de recul mais, jusqu'à présent, peu d'effets indésirables ont été enregistrés : « Comme avec tous les vaccins injectables, des syncopes ont été observées et quelques réactions de type allergique », pouvait-on lire en avril dernier dans la revue indépendante Prescrire.

Attention : la vaccination contre le HPV ne dispense les femmes de faire un frottis tous les trois ans à partir de 25 ans.

Coqueluche

Depuis quelques années, la coqueluche ne se transmet plus d'enfant à enfant mais d'adulte à adulte et d'adulte à nourrisson. On estime que dans 50% des cas, les enfants sont contaminés par leurs parents ou l'entourage proche. Depuis 2008, la vaccination est recommandée :

. chez le nourrisson et l'enfant avec une première vaccination en 3 doses à 2, 3 et 4 mois, un premier rappel entre 16 et 18 mois, et un second rappel à 11 et 13 ans (à défaut de ce dernier, un rappel peut être fait de 16 à 18 ans).

. chez tous les adultes qui n'ont pas été vaccinés contre la coqueluche depuis plus de dix ans.

. dans l'entourage du bébé pendant la grossesse à l'exception de la future maman qui peut se faire vacciner peu de temps après l'accouchement.

. au personnel de santé et de la petite enfance.
Chez les adultes un rappel tous les 10 ans est nécessaire

Diphtérie-Tétanos-Coqueluche-Polyo

Ce vaccin de routine à tendance à passer à la trappe avec l'âge. « A peine 10% des plus de 20 ans ont fait leur rappel », souligne le Pr Gaudelus. C'est surtout grave pour le Tétanos, une maladie qui peut être mortelle quand on est âgé. Or, une étude de 2002 indique qu'à peine 60% des plus de 65 ans sont protégés. La vaccination DTP est recommandée :

. chez les nourrissons à partir de 2 mois en 3 injections à 3 à 6 semaines d'intervalle, avec un rappel un an plus tard. Un autre rappel doit être fait à 6 ans, un autre à 11-13 ans.

. chez les adultes, prévoir un rappel tous les 10 ans.

Hépatite B

Le virus de l'hépatite B se transmet par voie sexuelle et sanguine et peut affecter gravement le foie sans que l'on s'en aperçoive. La vaccination est particulièrement recommandée chez les nourrissons et les adultes à risques (patenaires multiples, toxicomanes, personnel soignant, etc.). La vaccination se fait en 3 fois : un premier rappel a lieu un mois après la première injection, le deuxième un an après. Le vaccin protège pendant 10 ans. Les adolescents peuvent désormais se faire vacciner jusqu'à l'âge de 15 ans contre 13 ans auparavant.

Attention : le vaccin contre l'hépatite B n'est pas recommandé chez les personnes ayant des antécédents de sclérose en plaques dans leur famille, chez les adultes, il pourrait, en effet, augmenter le risque de contracter cette maladie.

Hépatite A

Relativement peu fréquent en France, le virus se transmet par contact avec une personne ou un aliment contaminé. Réservée aux personnes à risques (voyageurs séjournant dans les pays aux conditions d'hygiène précaire, personnes venant d'un pays à forte endémie, etc.), la vaccination est désormais recommandée à partir de l'âge de 1 an aux enfants originaire d'un pays en développement où la contamination est importante. Le schéma vaccinal est de 2 injections à 6 à 12 mois d'intervalle. Le vaccin protège 10 à 20 ans.

Les différents événements organisés en France sur www.semaine-vaccination.fr

Lire aussi

Vos réactions

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction