Navigation article

Hôpital

Sans soutien suffisant, les investissements des hôpitaux font gonfler les dettes des établissements

Selon la note de conjoncture publié chaque année par Dexia, le déficit d'exploitation des hôpitaux français a doublé en 2007, à près de 500 millions d'euros.

La hausse de ces déficits se poursuivra en 2008 et devrait atteindre 800 millions d'euros. Ce sont les plus gros établissements – les Centres hospitaliers régionaux (Chr) – qui sont le plus en difficulté.

Les hôpitaux français continuent cependant d'investir très fortement (6,8 milliards en 2008) malgré un autofinancement de plus en plus serré.

Conséquence : ils recourent à l'emprunt. Entre 1997 et 2008, le recours à l'endettement pour investir est passé de 5 % à 66 %.

L'encours de la dette est donc passé de 8,2 milliards d'euros en 1997 à 20,1 milliards en 2008.

Ces investissements importants sont aussi une bonne nouvelle puisqu'ils modernisent les établissements, mais ils sont – en vertu du « Plan hôpital 2007 » – largement financés par les hôpitaux eux-mêmes. L'Etat a financé ce plan à hauteur de 5,5 milliards en 5 ans, selon les Echos (02/04/2008). Les établissements hospitaliers ont investi 6,8 milliards rien qu'en 2008.

Selon la Fédération hospitalière de France (Fhf), la situation des hôpitaux est telle que « certains établissements se posent la question de refuser les crédits du plan Hôpital 2012 parce qu'ils n'ont pas les moyens de mobiliser leur part d'autofinancement », indique le quotidien économique.

Vos réactions

Dans la même rubrique

Protection sociale

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction