Méningocoque : une nouvelle victime en Seine-Maritime

La préfecture de Seine-Maritime informe qu'une infection invasive à méningocoque de type B est à l'origine du décès, le 1er avril, d'un petit garçon de 27 mois résidant dans le canton de Bolbec.

Aussitôt, des mesures de chimioprophylaxie ont été mises en oeuvre dans l'entourage familial et à destination des enfants et des professionnels de la halte garderie où allait. Elles ont été coordonnées par le médecin de la Protection maternelle infantile et celui de l'établissement d'accueil.

La Ddass précise qu'il n'y a pas lieu de prévoir un traitement pour les personnes n'ayant pas été en contact direct avec le malade. Le germe identifié est un méningocoque du groupe B. A l'issue des analyses, toujours en cours, l'opportunité d'une vaccination sera étudiée.

Le mode de transmission du méningocoque par la salive limite le risque de contamination aux personnes ayant été en contact direct, étroit et répété avec les sécrétions d'un individu porteur de la bactérie (dans un face à face de moins d'un mètre pendant plus d'une heure).

Le méningocoque est un germe très fragile qui ne survit jamais dans l'atmosphère. Il n'y a pas lieu de prendre des mesures particulières de désinfection de l'environnement.

Ceci porte à 9 – dont trois mortels – les cas d'infection invasive à méningocoque en Seine-Maritime depuis le début de l'année 2009. Sur trois décès, deux sont imputables à des souches de type B.

Vos réactions

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction