Navigation article

Travail

Le Canada bloque le classement de l'amiante chrysotile dans les produits dangereux

Réunis à Rome dans le cadre de la convention de Rotterdam sur les produits dangereux, les représentants de 120 pays ne sont pas parvenus à se mettre d'accord pour ajouter l'amiante chrysotile à la liste existante.

La réunion se termine demain, 31 octobre, et les représentants canadiens – le Canada est un gros producteur-exporteur d'amiante – ont bloqué toute décsion selon l'Afp.

Les Canadiens admettent que l'amiante est cancérogène, mais prétendent que l'amiante chrysotile – celui que le Canada produit – est moins dangereux si l'on prend des précautions.

L'Afp cite un parlementaire canadien, Pat Martin, qui explique que le Canada a amené ses clients (Inde, Vietnam, pakistan...) à s'opposer au classement de l'amiante chrysotile comme produit toxique.

L'inscription d'un produit sur la liste de Rotterdam ne conduit pas à son interdiction mais oblige les vendeurs à prévenir les clients du danger du produit. Si aucune décision n'est prise à Rome d'ici demain, toute décision serait renvoyée à 2011.

En 2006 déjà, les producteurs d'amiante avaient réussi à repousser toute décision à... 2008.

Cancérigène, l'amiante est interdite dans nombre de pays – notamment ceux de l'Union eurpéenne. Son utilisation au cours des décennies passées a déjà provoqué des dizaines de milliers de décès.

Nos articles précédents :

Le dossier amiante paru dans Viva magazine :

Vos réactions

Dans la même rubrique

Environnement
Audition-vision

Trop de bruit au travail

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction