Le Bisphénol A réduit le taux de testostérone chez l'homme

Interdit dans les biberons depuis janvier 2011 et dans les contenants alimentaires pour les enfants de moins de trois ans à partir de cette année, le Bisphénol A (BPA) continue de faire parler de lui.
Une équipe de l'Inserm vient, en effet, de montrer que de faibles doses ont un impact délétère sur les testicules humains. Jusqu’à présent aucune étude expérimentale n’avait mis en évidence ce lien chez l'homme.

En collaboration avec l’hôpital Beclère de Clamart (en banlieue parisienne), les chercheurs ont maintenu en vie, dans des boîtes de culture, des testicules fœtaux pendant 3 jours. Certains étaient exposés au Bisphénol A, d'autres pas.
Le résultat est sans appel : en présence de BPA, la production de testostérone a été réduite, celle d’une autre hormone, nécessaire à la descente des testicules dans les bourses au cours du développement foetal, aussi.

Des effets sur les testicules à petites doses

Une dose de produit égale à 2 microgrammes par litre est suffisante pour induire ces effets. ce qui équivaut à la concentration moyenne de BPA couramment retrouvée dans le sang, les urines et le liquide amniotique de la population.

De quoi s'inquiéter quand on sait que la testostérone, produite par le testicule pendant la vie fœtale, est essentielle à la masculinisation des organes génitaux internes et externes. En son absence, ces derniers évolueraient spontanément vers la féminisation.

Il est probable que cette hormone joue également un rôle dans le développement du testicule lui-même. L’exposition au Bisphénol A des femmes enceintes pourrait donc être une des causes des défauts congénitaux de masculinisation (hypospadias et cryptorchidisme) dont la fréquence a doublée depuis 40 ans.

Les hommes plus touchés que les rats

Selon René Habert, qui a coordonné l'étude, « il se peut également que le Bisphénol A participe à la chute de la production spermatique et à l’augmentation de l’incidence du cancer testiculaire chez l’adulte observées au cours des dernières décennies ».

Les chercheurs, qui ont comparé la réponse au BPA des testicules fœtaux humains avec celle des testicules fœtaux de rat et de souris, observent que l’homme est beaucoup plus sensible au Bisphénol A que les animaux de laboratoire. « Ces résultats incitent à une grande prudence en toxicologie réglementaire dans l’extrapolation des données obtenues sur l’animal pour définir les seuils d’exposition tolérables en santé humaine », prévient René Habert. Une recommandation d'autant plus importante que, selon les chercheurs de l'Inserm, le mécanisme d'action ce perturbateur endocrinien est encore inconnu.

Interdiction dans les conserves en 2015

Substance chimique entrant dans la composition de plastiques et de résines, le BPA se retrouve dans tout un tas de récipients alimentaires (bouteilles, assietes, plats...), mais également dans les films de protection à l’intérieur des canettes et des boîtes de conserves ou encore sur les tickets de caisse où il est utilisé comme révélateur.
De récentes études ont montré que ce composé industriel a des effets néfastes sur la reproduction, le développement et le métabolisme d’animaux de laboratoire. Plusieurs travaux ont également révélé un surrisque de tumeurs mammaires et des troubles du comportement chez les rats exposés.

Le BPA est actuellement fortement suspecté d’avoir les mêmes conséquences sur l’homme. A partir de juillet 2015, son interdiction dans les contenants alimentaires sera étendue à toute la population en France.
A moins que la découverte de l'Inserm ne précipite son retrait...

A lire :

Vos commentaires

Cela n'a rien d'étonnant puisque si on se rappelle ..que le BPA/Bisphénol A devait remplacer le Distilbene ..et quand on connait les effets de cette molécule de synthèse qui provoque également des problèmes génitaux chez les hommes ..tout se rejoint dans le meme sens ...
Reste à savoir pourquoi on attend 2015 si ce n'est plus ..pour retirer definitivement le BPA que l'on trouve un peu partout .....alors que les dégats sont connus depuis une étude très serieuse de 2004 si ce n'est avant d'ailleurs ...

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction