L'OMS demande une mobilisation contre les tuberculoses mulitirésistantes

A Pékin, lors d'une réunion internationale sur la tuberculose multirésistante, Margaret Chan – directrice de l'Organisation mondiale de la santé – a alerté les participants sur l'émergence des souches très résistantes de la tuberculose. Une « bombe à retardement » qui deviendrait vite incontrôlable.

Pour la responsable de l'Oms, le danger de ces nouvelles formes de tuberculose est double : une forme résistant aux traitements les plus utilisés, et une forme ultra-résistante extrêmement difficile à soigner.

Les produits utilisables sont en tout cas trop coûteux pour certains pays, notamment les pays les plus pauvres.

Or 9 millions de personnes sont infectés par la tuberculose chaque année, dont 500 000 sont touchés par une forme résistante. Au premier rang : la Chine, l'Inde, la Russie ou encore l'Afrique du Sud...

Dans un communiqué, Médecins sans frontières souligne que pour 500 000 nouveaux cas de tuberculose multirésistante (TB MDR) chaque année, « moins de 30 000 personnes ont été dûment diagnostiquées et enregistrées l'an dernier et seuls 3 681 malades ont débuté un traitement en ligne avec les recommandations internationales et avec des médicaments de qualité ».

L'Ong explique qu'en Chine, par exemple, qui « compte pour le quart des cas de tuberculose multi-résistante dans le monde », Msf pourtant sollicitée par les autorités chinoises n'a finaklement pas « obtenu les autorisations nécessaires pour soigner des malades de la TB MDR en Mongolie Intérieure, malgré deux années de négociations avec les autorités nationales, provinciales et régionales ».

La page tuberculose de l'Oms :

www.who.int

Sur le site de Médecins sans frontières :

www.msf.fr

Vos réactions

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction