L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS) réagit aux plaintes de deux jeunes filles concernant le vaccin Gardasil. L’Agence confirme sur son site les données de sécurité vaccinale.

Elle précise que depuis sa commercialisation, en France, Gardasil fait l’objet d’un plan de gestion de risque (PGR). Le suivi est réalisé par le Centre régional de pharmacovigilance de Bordeaux. Le troisième bilan du PGR porte sur environ 1 500 000 jeunes femmes vaccinées. Il relève fin décembre 2010, environ 1 700 notifications d’effets indésirables. Parmi eux près de 82 % sont bénins et connus. S’y ajoutent quelques effets indésirables graves avec hospitalisation. Enfin, quelques cas de maladie auto-immune (démyélinisations aiguës centrales, arthrites, thrombopénies…), souvent peu documentés, demeurent en dessous du seuil rencontré dans la population générale. L’Agence ajoute que « le rapport bénéfice-risque du vaccin Gardasil reste favorable et proche du profil de sécurité d’emploi ».

Par ailleurs, une étude australienne récente publiée dans la revue The Lancet confirme le bien fondé de la vaccination.

Lire aussi et