Navigation article

Famille

Dimitri Foulquier, graine de champion

La fenêtre de sa chambre donne sur les tribunes du stade, qui s’enflamment lors des grands rendez-vous des « Rouge et Noir », l’équipe de football de Rennes. « Oui, mon objectif, je l’ai là, sous les yeux, constate en souriant Dimitri Foulquier. Cet objectif, c’est signer pro et jouer le maximum de matchs avec le Stade rennais. » Le jeune Guadeloupéen de dix-sept ans est interne depuis août  2007 au centre de formation du club breton, qui est quasi adossé au stade de la route de Lorient. Dimitri avait été remarqué par le directeur du centre, Patrick Rampillon, lors d’un tournoi en région parisienne où il jouait dans la sélection de la Guadeloupe. Il a donc quitté sa région natale de Basse-Terre pour rejoindre l’école technique privée Odorico, sans hésitation. « Je veux être footballeur professionnel depuis l’âge de dix ans. Comme beaucoup d’enfants, bien sûr !, reconnaît-il. Mais mes parents ont vite compris que j’étais sérieux et vraiment déterminé. » Le joueur qui le faisait rêver ? Lilian Thuram. Le footballeur international le plus capé de l’histoire de l’équipe de France, avec ses 142 sélections, est guadeloupéen comme lui. « Un jour, je l’ai rencontré par hasard à l’aéroport de Pointe-à-Pitre. On a échangé quelques mots », ajoute-t-il.

Trophée du meilleur joueur

Dimitri dit s’être vite adapté à la vie au centre. « On m’y a bien aidé, dit-il, et puis j’étais déjà interne en Guadeloupe. » Ses deux grands frères habitent en banlieue parisienne et il passe les week-ends chez eux quand il n’a pas de matchs. La Guadeloupe lui manque-t-elle ? « J’y retourne pour les vacances, répond-il, et, dans deux semaines, mes parents viennent me voir. » Conscient de sa chance de faire partie de la quarantaine de jeunes formés au centre (certains sont demi-pensionnaires), il ne ménage pas ses efforts pour réussir. Il vient de recevoir le trophée du meilleur jeune du centre de formation, qu’avaient reçu avant lui, notamment, Vincent Pajot, Sylvain Marveaux, Jimmy Briand, Gaël Danic, Anthony Réveillère ou encore Mikaël Silvestre. Un trophée qui récompense ses qualités footballistiques et humaines et ses résultats scolaires. « L’ensemble de l’encadrement participe à cette élection, souligne Patrick Rampillon : les éducateurs sportifs, le psychologue du centre, les professeurs ainsi que la gouvernante de l’internat, la “ seconde maman ” de tous ces jeunes. » Si le football tient une place prépondérante dans la formation, la pépinière du Stade rennais ne néglige pas pour autant la scolarité de ses jeunes pousses. Les résultats de ses élèves aux examens sont dans la moyenne nationale. Elle assure dans ses locaux, avec une vingtaine de professeurs, un enseignement général de la seconde à la terminale, ainsi qu’un enseignement professionnel jusqu’au Bep (qui deviendra bac pro l’an prochain). Quelques collégiens, trois cette année, vont dans un établissement voisin qui les libère à 16 heures pour l’entraînement.

100 % foot, mais après le bac

Après avoir fait partie de ces collégiens, Dimitri est maintenant en première S et bénéficie, comme ses condisciples, d’une inscription au Cned (enseignement à distance) et d’un suivi personnalisé de dix-neuf heures de cours dans des classes à petits effectifs (huit ou neuf élèves, voire moins). Les horaires sont aménagés pour permettre les entraînements : cours le matin de 8 heures à 10 heures, puis l’après-midi de 14 heures à 15 h 30. « Je veux avoir le bac, l’an prochain. C’est une sécurité. On ne sait pas ce qui peut arriver. Et puis la carrière d’un joueur est courte », explique le sage jeune homme. Aller plus loin dans les études ? « Peut-être, mais pas tout de suite. Après le diplôme, je compte m’investir immédiatement à 100 % dans le football. Ensuite, on verra. » Les entraînements et les matchs ont lieu à la Piverdière, dans un quartier situé à une quinzaine de minutes à pied, qui est également centre d’entraînement de l’effectif professionnel du club rennais. Entraîneurs, préparateur athlétique, préparateur mental (pour conseiller les entraîneurs), médecin, kiné, utilisation de la vidéo… Ce centre se donne les moyens pour former des joueurs capables d’évoluer dans les dix premiers clubs de la ligue 1. Entre trois et six joueurs par classe d’âge parviennent à rejoindre l’élite. Dimitri, qui joue sur le côté droit – arrière ou milieu –, a bien l’intention d’être l’un d’eux. Lire aussi

 

Vos réactions

Dans la même rubrique

Société

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction