Des précautions s'imposent dans le choix des cosmétiques pour bébé

En septembre  2008, un collectif de professionnels de la santé, le Comité pour le développement durable en santé (C2ds), alertait les pouvoirs publics sur les risques de toxicité des cosmétiques pour bébés (lait, lingettes, gel, shampooing…) distribués gratuitement dans les maternités.

Multiexposition

Après avoir analysé 79 produits destinés aux enfants de moins de 3 ans, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) et la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (Dgccrf) viennent de rendre leurs conclusions  : globalement, tout va bien. «  Les analyses microbiologiques ont toutes conduit à des résultats mettant en évidence une bonne qualité microbiologique de ces produits. […] Les restrictions d’emploi concernant les agents conservateurs sont respectées […] », indique le rapport. Seuls bémols : l’utilisation des cosmétiques est déconseillée chez les prématurés, et les produits sans rinçage – comme les lingettes nettoyantes – doivent être réévalués, selon l’Afssaps. Une conclusion qui ne satisfait pas Olivier Toma, directeur du C2ds  : «  Le rapport ne répond pas à la question posée, car le problème, dans cette affaire, c’est la multiexposition. Les enfants ne sont pas en contact avec une seule substance chimique, mais avec plusieurs qui interagissent ensemble. Sont-ils suffisamment protégés ?  »

Principe de précaution

Avant de lancer son cri d’alarme, il y a un an, le C2ds avait fait analyser les produits des mallettes offertes aux jeunes mamans. On y trouvait notamment des parabènes, conservateurs puissants, connus pour être des perturbateurs endocriniens pouvant nuire à la santé. «  La peau d’un enfant n’est pas celle d’un adulte, rappelle Olivier Toma. Au lieu de voir affirmer – comme le fait l’Afssaps – qu’il n’y a pas de risques, on aurait aimé qu’une vraie expertise soit mise en place et que le principe de précaution soit appliqué tant que l’innocuité des produits ne sera pas prouvée.  »

Vos réactions

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction