Navigation article

Divers

Consultations Verlaine, Baudelaire : que deviennent les Pass pour les précaires ?

Le 29 juillet 1998, la loi contre les exclusions est votée. Son objectif est de permettre l'accès de tous à l'ensemble des droits fondamentaux et parmi eux, la santé. Sur les 159 articles, onze concernent spécifiquement la santé et l'article 73 stipule que « le service public hospitalier concourt à la lutte contre l'exclusion sociale ». Ce sera fait avec l'article 76 qui crée les Pass, permanences d'accès aux soins de santé pour les personnes en situation de précarité, visant à faciliter leur accès au service de santé et à les accompagner dans les démarches nécessaires à la reconnaissance de leurs droits. Les médicaments sont aussi délivrés gratuitement aux patients à leur sortie. Elles s'inspirent de la consultation Baudelaire de l'hôpital Saint-Antoine, à Paris, créée par le docteur Jacques Lebas, un ancien de Médecins du monde, pour offrir un accueil spécifique aux malades en graves difficultés sociales. Peu de temps après, la consultation Verlaine est ouverte à l'hôpital Saint-Louis (Paris). 400 Pass voient le jour sur l'ensemble du territoire avec plus ou moins de personnels et d'efficacité. Ce sont elles qui les premières vont alerter sur le retour des pathologies de la misère : saturnisme, tuberculose, sur l'épidémie de Vih et de diabète au sein des populations précaires et sur les failles d'une Sécurité sociale qui laisse à la porte du système de soin des millions de sans-droits. Sous leur impulsion et celle d'associations comme Médecins du Monde, la Cmu (couverture médicale universelle) et l'Ame (aide médicale d'Etat) vont être mises en place.

 

Vos réactions

Dans la même rubrique

Santé

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction