Une proposition de loi socialiste va être présentée aujourd’hui afin que l’industrie agro-alimentaire ait la main moins lourde sur les sucres qu’elle ajoute dans ses produits vendus dans les Dom-Tom.

Selon le journal Le Parisien, les sodas et les yaourts contiendraient jusqu’à 50% de sucre en plus qu’en métropole. Ainsi, une canette de Fanta serait 48,59% plus sucrée en Guyane qu’à Paris et un yaourt Danone à la fraise acheté à Fort-de-France aurait 50,77% de sucres en plus que le même vendu dans l’hexagone.

 Résultat, l’addition est salée sur le plan de la santé : 25% des jeunes des Dom-Tom et plus d’un adulte sur deux sont en surpoids, 36 % des Guadeloupéens sont en surcharge pondérale et 13,2 % sont obèses. La prévalence du diabète, de l’hypertension artérielle et des maladies cardiovasculaires est également plus forte dans ces régions.

Argument des industriels pour déverser allègrement leurs sucres : les habitants d’outre-mer apprécieraient particulièrement le goût sucré. Faux, rétorque la députée Guadeloupéenne Hélène Vainqueur-Christophe, à l’origine du projet de loi.