20 000 enfants nés en 2011 vont être suivis jusqu’à l’âge adulte

C’est une première en France[fn]La Grande-Bretagne a été précurseur en la matière, avec la mise en place d’une première cohorte représentative au niveau national en 1946. Des cohortes ont aussi été constituées aux Étas-Unis, au Canada, en Irlande, en Écosse, aux Pays-Bas, en Australie.[/fn], l’étude Elfe, [fn]L’étude Elfe est menée par l’Ined et l’Inserm, soutenue par des institutions publiques et par les ministères en charge de l’Ecologie, de la Recherche, de la Santé et du Travail. Ce projet est le résultat de questions posées par les chercheurs et de préoccupations manifestées par diverses instances publiques, l’impulsion la plus déterminante provenant du Plan National Santé-Environnement.[/fn]menée par l’Institut national d’études démographiques (Ined) suivra 20 000 enfants nés en 2011 jusqu’à leur âge adulte. L’enquête débutera en avril.

Le but ? mieux connaître l’influence de l’environnement sur leur développement, leur santé et leur socialisation. Vaste programme car il faudra étudier un grand nombre de facteurs et leurs multiples interactions.

La méthode ? La plus simple et celle qui donnera des résultats très fins d’après l’Ined, est le suivi de cohorte, c’est-à-dire la constitution d’un large échantillon d’enfants suivi tout au long de leur développement dès la naissance, voire pendant la grossesse, d’adopter une approche pluridisciplinaire, et pour avoir une image la plus fidèle possible
de l’ensemble des enfants d’une même génération, de
construire un échantillon représentatif de la population générale.

Concrètement il y aura un entretien avec la mère, un recueil de données médicales sur le déroulement de la grossesse et l’examen du nouveau-né, un questionnaire rempli par la mère sur l’alimentation et les diverses expositions pendant la grossesse, et recueils biologiques.

L’étape suivante est un entretien par téléphone de 50-60 minutes avec la mère 6 à 8 semaines après l’accouchement, et, fait original dans cette enquête, un entretien de 20-30 minutes avec le père au même moment. Des informations sur la diversification alimentaire du nourrisson seront collectées entre 3 et 9 mois. Un nouveau contact téléphonique aura lieu au premier anniversaire, un autre au deuxième puis au troisième à l’entrée en maternelle. Ensuite, un point sera fait à 6 ans et tous les ans jusqu’à leur majorité.

D’autre outils sont mis en place : un questionnaire médecin traitant, des prélèvements biologiques, des tests psychomoteurs, un bilan scolaire… (voir le détail sur le site).

Un focus sera fait sur : les polluants de l’environnement (retardateurs de flamme, phtalates, bisphénol A, pesticides, métaux lourds, et d’une façon
plus générale les polluants de l’air extérieur et intérieur), l’alimentation, les inégalités sociales de santé…

Ce projet aidera à formuler des recommandations de politiques
sociales et de santé publique.

A suivre …

Tous les renseignements sur l’étude www.elfe-france.fr