Navigation article

Médicaments

Trafic de faux médicaments : danger pour la santé

Antipaludéens, anti-inflammatoires, antibiotiques mais aussi médicaments gastro-intestinaux : 113 millions de médicaments illicites et potentiellement dangereux ont été saisis en septembre dernier.

Principalement destinés au marché africain, 113 millions de médicaments illicites ont été saisis par l'Organisation mondiale des douanes (Omd) et l’Institut International de recherche anti-contrefaçon de médicaments (Iracm), dans le cadre de l'opération Action against Counterfeit and Illicit Medicines (Acim). Parmi ces produits, on trouve des antipaludéens, des anti-inflammatoires, des antibiotiques et des médicaments gastro-intestinaux, le tout représentant 52 millions d’euros.

Situation préoccupante en Afrique

D'après l'Omd et l'Iracm, les plus importantes interceptions ont été faites au Nigeria, au Bénin, au Kenya et au Togo. Parmi les saisies se trouvaient une majorité de traitements de première nécessité, des médicaments à usage courant, des anticancéreux, avec plus de 2 millions de doses découvertes. Sans parler des compléments alimentaires et dispositifs médicaux qui ont aussi été saisis lors de l’opération.

Depuis 2012, les quatre opérations de grande envergure menées dans les grands ports maritimes d’Afrique ont permis l’interception de près de 869 millions de médicaments contrefaits et illicites, d’une valeur estimée à plus de 400 millions d’euros.

Médicaments potentiellement dangereux

Ces produits ne sont soumis à aucun contrôle sanitaire, fabriqués dans la clandestinité et ils peuvent être dangereux pour la santé humaine. « Nous sommes face à des trafiquants sans scrupules qui savent qu’actuellement il est très difficile de remonter jusqu’à eux », expliquent les responsable de l'Iracm. Un faux médicament peut contenir les bons ingrédients mais en quantité insuffisante ou excessive. Il est fabriqué par des trafiquants qui font croire aux acheteurs que ce produit pourra les soigner. Au mieux, il sera inefficace, au pire mortel car contenant un produit toxique. Ce n'est ni un générique, ni un placebo.

Trafic juteux

Pourquoi tant de médicaments contrefaits sont-ils vendus dans le monde ? « Parce que le trafic est très rentable » explique l'Omd. Pour un dollar investi, le trafiquant peut espérer récolter entre 200 et 400 dollars... D'autant que les représailles ne leur font guère peur. En effet, le fraudeur prend en général moins que pour un autre délit (fausse monnaie, drogue...). Pourtant, le trafic de faux médicaments serait le plus important, avant celui de la prostitution et celui de la marijuana. Tous les pays sont touchés, mais c'est en Afrique et en Asie qu'il représente un problème majeur pour la santé publique.

Dans la rue, dans les boutiques ou sur Internet, on trouve toutes sortes de produits, même des vaccins et des produits de chimiothérapie !

Existe-t-il un trafic de faux médicaments en France ?

Aucun pays n'est épargné, puisque le trafic est planétaire. L'Omd estime qu'un médicament sur dix vendu dans le monde est faux. Mais en France, nous disposons d'un système de contrôle efficace, de la fabrication à la distribution. La majorité des médicaments sont délivrés sur ordonnance et remboursés. Pour la part qui ne l'est pas, il existe un réseau de pharmacies qui proposent différents tarifs. Mais il ne faut toutefois pas se leurrer, la menace est réelle : 2,4 millions de médicaments de contrefaçon ont été interceptés par les douaniers français en 2014 au Havre. Et sur Internet, la tentation est grande d'acheter de nombreux produits. Si vous souhaitez acheter des médicaments sans ordonnance sur Internet, fiez-vous aux sites de pharmacies sécurisées, (ils doivent figurer dans la liste publiée par le Conseil national de l'Ordre des pharmaciens sur ordre.pharmacien.fr/ecommerce/search et bénéficier d'un moyen de paiement sécurisé) et méfiez-vous des prix trop attractifs.

A la réception de votre article, vérifiez bien d'où provient votre colis (il doit venir de France) et inspectez l'emballage. La notice à l'intérieur doit être écrite en français.

Vos réactions

Dans la même rubrique

Santé

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction