Navigation article

Vaccination

Les pharmaciens pourront vacciner contre la grippe

Comme le prévoit la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2017, les pharmaciens pourront vacciner contre la grippe, mais pour l'instant seulement dans deux Régions : Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle-Aquitaine.

C'était prévu dans la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2017 pour augmenter la couverture vaccinale qui n'est que de 46 % en France : les pharmaciens pourront vacciner  contre la grippe, dès l'automne prochain, mais pour l'instant seulement en Auvergne-Rhône-Alpes et en Nouvelle-Aquitaine et ce pour une durée de trois ans.

Comment ça se passe ?

Dans ces deux Régions dans un premier temps, le patient (de plus de 18 ans) pourra se rendre chez son pharmacien ) au moment de la campagne de vaccination contre la grippe.

Les pharmaciens volontaires devront avoir recueilli par écrit le consentement « exprès et éclairé » de la personne. Toutefois, ils ne sont pas autorisés à vacciner les « femmes enceintes et des personnes qui n'ont jamais été vaccinées contre la grippe ».

Le pharmacien doit :

- informer le médecin traitant de la vaccination pratiquée ;

- délivrer au patient une attestation de vaccination comportant le nom et le numéro de lot du vaccin.

Le pharmacien perçoit la somme de 4,50 € si le patient bénéficie d'une prescription médicale, et de 6,30 € si le patient bénéficie d'un bon de prise en charge à 100 % émis par l'assurance-maladie.  Chaque officine participant à l'expérimentation reçoit en outre la somme forfaitaire de 100 euros au titre du dédommagement pour chaque pharmacien ayant réalisé au moins cinq vaccinations au sein de cette officine.

A  noter : outre les mineurs, les femmes enceintes et les personnes n'ayant jamais été vaccinées, les allergiques ou les patients sous traitement sont également exclus du dispositif.

 

La profession médicale divisée sur la question

A l'époque de la discussion de cette disposition, les médecins avaient manifesté leur désaccord car ils souhaitaient plutôt une simplification de la vaccination contre la grippe pour eux-mêmes. De leur côté, les infirmiers qui peuvent vacciner dans certaines conditions, craignaient que cela ne soit « un début de démantèlement des compétences propres aux infirmiers ».

 

Vos réactions

Dans la même rubrique

Santé

En direct de notre blog

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction