Navigation article

Système de soins

Les patients peu à l’aise avec leurs médecins

Les Français se sentent-ils à l’aise avec leur médecin ? Ont-ils parfois peur d’être jugés ? En ont-ils déjà fait l’expérience ? Cela a-t-il des répercussions sur leur accès aux soins ? Telles sont les questions auxquelles répond le sondage Bva réalisé pour le site de téléconsultation Zava.

Plus de 3 Français sur 4 déclarent avoir déjà craint ou ressenti le jugement d’un professionnel de santé, que ce soit en raison de leur état de santé, d’un traitement auquel ils tentaient d’accéder ou d’une question qu’ils souhaitaient aborder. 1 personne sur 10 estime être souvent confrontée à cette situation. 

• Chez les femmes, les 18-34 ans et celles ayant déjà consulté pour des sujets intimes (pilule du lendemain, reproduction ou dépistage/traitement d'une Ist…), ce sentiment est encore plus fort que pour l’ensemble de la population.

• Concrètement, les Français redoutent surtout les remarques désobligeantes, inappropriées ou encore « la leçon de morale ». Ils craignent également que le professionnel ait une fausse opinion d’eux.

• Loin devant les autres professionnels de santé, le médecin généraliste ou spécialiste est celui dont les Français craignent le plus le jugement (74 %).

La crainte du jugement freine l’accès aux soins pour 1 Français sur 2

• 47 % des personnes interrogées ont déjà été freinées dans leur accès aux soins en raison de leur crainte ou de l’expérience passée d’un jugement de la part du corps médical.

Ces freins sont plus importants pour les femmes (54 %), les jeunes de 18 à 34 ans (60 %) et les patients ayant déjà consulté pour des sujets intimes (50 %).

• Ne pas oser aborder un sujet de santé avec un professionnel de santé (45 %), repousser sa prise d’un rendez-vous médical (38 %) ou renoncer complètement à une consultation, à des soins ou à un traitement (25 %), sont les trois principales difficultés que peuvent induire cette crainte du jugement.

Quel impact sur la santé ?

Plus de la moitié des Français qui retardent leur accès aux soins par crainte du jugement en ont subi les répercussions et parlent d’impact négatif sur leur vie.

Ils évoquent pour 41 % d’entre eux des conséquences psychologiques (baisse de moral, stress, isolement…). 16 % affirment même que leur problème de santé s’est aggravé par la suite.

Vos réactions

Dans la même rubrique

Protection sociale

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement

Coup de cœur de la rédaction