Navigation article

Audition-vision

Journal de ma nouvelle oreille ou la renaissance au monde sonore

C'est l'histoire d'une jeune fille de 14 ans qui soudainement perd une partie de son audition à la suite d'une sinusite. On ne saura jamais pourquoi... Disparues les cellules ! Vingt ans plus tard, Isabelle Fruchart décide de s'appareiller, ça on sait pourquoi ! Elle le raconte dans une très belle pièce écrite par elle, mise en scène par Zabou Breitman et jouée actuellement au théâtre du Rond Point.

"Tu ne peux pas être sourde, je suis ton médecin, je t'ai vue naître !" lui assène son généraliste lorsqu'elle passe un examen à la suite de problèmes Orl récurrents. Alors, Isabelle s'adapte. A l'école, elle copie sur une voisine compréhensive, elle guette par le trou de la serrure ses amis venus dîner chez elle, de peur de ne pas entendre la sonnette, et avec ses amoureux... elle s'arrange. Elle triche, elle ment, elle est sourde à sa surdité.

Pourtant elle cherche pour tenter de comprendre ce qui lui arrive. Elle remonte même l'arbre généalogique. Il y a bien cette aïeule qui a perdu deux fois l'ouie : une fois son frère, Louis puis son mari, Louis aussi....

Mais les frustrations, l’isolement, l’immense fatigue d’une concentration hors du commun pour entendre les autres, ont eu raison de sa force morale.

Elle finit par se faire diagnostiquer et appareiller ensuite. « J’étais épuisée de faire tant d’efforts pour comprendre les autres. »

Les progrès du numérique

À 37 ans, la jeune femme décide de se faire appareiller, grâce aux progrès du numérique. "J’ai les mains moites, le coeur battant. Je ne sais pas à quoi m’attendre." raconte-t-elle avec humour. Le spectacle nous fait découvrir pas à pas ses sensations, sa nouvelle écoute du monde et d’elle-même. Elle nous livre la redécouverte des sons de la pluie, des paroles de chansons, des papiers qu’on froisse, des violons, des feuilletons radios, des chuchotements de l’amour, de l’eau sur la vaisselle, elle nous raconte ses progrès et ses déceptions, jour après jour, à travers les pages de son journal. « Je vais enfin pouvoir m’écouter. C’est la première chose que je me dis.»

C'est une histoire belle et triste à la fois, jouée par une comédienne sensible et attachante, un texte sans concession, bref à voir, et surtout à entendre.

La surdité touche en France cinq millions de personnes, deux millions ont moins de 55 ans.

Le Journal de ma nouvelle oreille, texte et interprétation d'Isabelle Fruchart, mis en scène par Zabou Breitman. Jusqu'au 4 juillet.

Renseignements sur le site du théâtre du Rond-Point.

Vos réactions

Dans la même rubrique

Santé

En direct de notre blog

Bien-être

Santé

Protection sociale

Société

Seniors

Environnement